OTTAWA — Le gouvernement fédéral a renvoyé une administratrice du conseil de la Fondation canadienne des relations raciales en raison de commentaires sur l’islam.

Christine Douglass-Williams a perdu son poste cette semaine au sein de l’organisme paragouvernemental, dont le mandat est de combattre la discrimination raciale.

Son renvoi survient à la suite d’une évaluation amorcée l’été dernier au sujet de messages publiés sur le site internet Jihad Watch, incluant une publication mettant la population en garde de ne pas être dupée par des musulmans soi-disant modérés et un autre qualifiant une motion de la Chambre des communes condamnant l’islamophobie de «jour victorieux pour les suprémacistes islamiques».

Christine Douglass-Williams a été nommée sur le conseil d’administration pour la première fois en 2012, puis reconduite dans ses fonctions en 2015. Son mandat devait prendre fin l’an prochain, mais le gouvernement y a mis un terme mardi.

«Pourquoi? Parce que j’ai osé critiquer l’islam politique», a commenté Mme Douglass-Williams dans un courriel envoyé à La Presse canadienne.

Elle qualifie son renvoi de «décision déshonorante» de la part de la ministre du Patrimoine Mélanie Joly, qui supervise les opérations de la fondation. Elle dit douter des intentions de la ministre.

«Je fais une distinction entre ceux qui pratiquent l’islam en paix et en harmonie avec les autres et ceux qui ont pour objectif de détourner les constitutions démocratiques, de demander des privilèges particuliers à l’encontre d’autres croyances et qui défendent la maltraitance des femmes et des innocents sous prétexte d’un droit suprême», s’est défendue l’ex-administratrice.

Ni le Bureau du conseil privé, ni le cabinet de la ministre Mélanie Joly n’ont voulu commenter le dossier, justifiant leur refus par des raisons de confidentialité.

Toutefois, le porte-parole de la ministre Joly, Simon Ross, a indiqué par courriel que «la principale organisation du pays dédiée à l’élimination du racisme et à la promotion de l’harmonie dans les relations raciales, la Fondation canadienne des relations raciales, doit compter sur un conseil d’administration qui reconnaît l’importance de la diversité et de l’inclusion dans notre société».

La fondation a été créée en 1997, dans le cadre d’une entente entre le gouvernement fédéral et les citoyens canado-japonais en lien avec l’internement de nombreuses personnes dans des camps au Canada lors de la Deuxième Guerre mondiale.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!