Josie Desmarais

MONTRÉAL — Québec versera 233M$ pour régler à l’amiable des litiges entourant les coûts du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), deux partenariats public-privé (PPP).

Dans un premier temps, l’État québécois paiera 125M$ à Construction santé Montréal (CSM), l’entrepreneur chargé de la construction du CHUM, qui réclamait au total 367M$.

Le deuxième règlement prévoit un paiement de 108M$ au Groupe immobilier santé McGill (GISM) — un consortium formé par SNC-Lavalin et Innisfree — qui abandonnera ses deux poursuites de 360M$ entourant les coûts de construction du CUSM.

L’entente avec CSM pour le CHUM avait été conclue il y a plus d’un an, mais le montant n’avait pas été dévoilé pour ne pas avoir d’impact sur les négociations dans le dossier concernant le CUSM, affirme le Bureau du directeur exécutif de la modernisation des centres hospitaliers universitaires (CHU) de Montréal. Elle couvre les deux phases du projet, dont celle qui doit être complétée en 2021.

«À titre de négociateurs de la partie publique, nous avons estimé qu’il valait mieux chercher un terrain d’entente (…) plutôt que d’aller débattre devant un tribunal pendant de longues années et à fort coût», a expliqué le directeur exécutif de la modernisation des CHU de Montréal, Clermont Gignac.

Selon le Bureau, le budget du nouveau CHUM, d’environ 3G$, n’augmentera pas en dépit du règlement de 125M$.

Alléguant des dépassements de coûts, SNC-Lavalin avait décidé de poursuivre le CUSM et le gouvernement québécois en 2016 afin d’être dédommagée pour les sommes additionnelles engagées dans la conception et la construction du complexe hospitalier de 1,34G$ ayant ouvert ses portes en 2015.

GISM est responsable de la gestion et l’entretien de ce site jusqu’au 30 septembre 2044.

Malgré les 108M$ payés au consortium, le Bureau du directeur exécutif affirme que le budget autorisé en juillet 2010 a été «respecté» et qu’il n’y a pas de «dépassements de coûts dans le dossier de la modernisation du CUSM».

Par voie de communiqué, SNC-Lavalin (TSX:SNC) a dit être «très heureuse» qu’un règlement à l’amiable ait été conclu au terme d’une médiation entre les parties impliquées.

L’analyste Derek Spronck, de RBC Marchés des capitaux, a qualifié l’entente de «positive» étant donné qu’elle démontre que la firme de génie québécoise est capable de mettre derrière elle des projets jugés problématiques.

Le controversé chantier du CUSM a été qualifié dans le passé de «la plus grande fraude de corruption de l’histoire» au Canada par l’Unité permanente anticorruption en raison des allégations à l’effet que d’ex-hauts dirigeants de SNC-Lavalin auraient versé 22,5M$ en pots-de-vin afin de décrocher le contrat.

Cette affaire est actuellement devant les tribunaux.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!