FREDERICTON — Des affiches portant des messages racistes ont été retirées de plusieurs édifices du campus de l’Université du Nouveau-Brunswick à Fredericton.

Les affiches incluaient des messages incendiaires sur l’ancien système de pensionnats autochtones au Canada et demandaient à la population de rejeter le prétendu «message anti-Blancs» véhiculé par les médias et le milieu universitaire.

Les affiches prétendaient que les Autochtones avaient majoritairement été «bénéficiaires, et non victimes, de la société bâtie par les Européens».

Le Red Ensign, l’ancien drapeau du Canada, ornait chacune des affiches.

Le porte-parole de l’université, David Stonehouse, a estimé que ces affiches étaient racistes et décourageantes.

Il a précisé qu’elles étaient retirées au fur et à mesure de leur découverte par les autorités.

«Bien que nous encouragions et applaudissions la pensée critique et le dialogue respectueux, nous ne tolérons aucun manque de respect ni la marginalisation de tout groupe, de quelque façon que ce soit», a-t-il indiqué dans une déclaration transmise par courriel.

Matthew Sears, professeur agrégé en études classiques et en histoire ancienne à l’université, a confié que les étudiants avec qui il a discuté étaient surpris et attristés par les affiches.

«Il y est écrit que les Autochtones et les Canadiens blancs doivent s’unir pour s’opposer aux envahisseurs étrangers, ce que je vois comme faisant référence majoritairement aux immigrants musulmans et aux réfugiés. C’est islamophobe et raciste et discriminatoire envers les peuples autochtones», a-t-il ajouté.

Les affiches étaient anonymes et n’incluaient aucun nom ni adresse courriel.

M. Stonehouse a indiqué que l’équipe de sécurité du campus menait une enquête et que la police de Fredericton avait été avisée.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!