JONATHAN HAYWARD / La Presse Canadienne

CALGARY — Kinder Morgan Canada (TSX:KML) juge que son projet d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain pourrait accuser un an de retard sur son échéancier puisqu’il continue d’être confronté à des retards dans l’obtention de permis.

Cette estimation est trois mois plus longue que celle faite le mois dernier par l’entreprise. L’entrée en service du projet de 7,4 milliards $ pourrait ainsi être reportée à décembre 2020, en fonction de l’obtention des approbations et des permis.

Kinder Morgan Canada a dit avoir réduit ses dépenses de 2018 pour se concentrer sur l’obtention des dernières approbations pour Trans Mountain, qui se heurte à une forte opposition de la part de groupes autochtones, d’environnementalistes et de municipalités en Colombie-Britannique.

L’entreprise a remporté une victoire au début décembre, lorsque l’Office national de l’énergie a tranché en faveur de Trans Mountain. Cette décision lui permettait de passer outre certains règlements municipaux de Burnaby, en Colombie-Britannique, qui empêchaient la réalisation du projet.

L’organisme de réglementation n’a cependant pas rendu de décision pour mettre en place un processus qui s’occuperait de gérer les retards potentiels dans la délivrance des permis nécessaires, comme l’avait demandé l’entreprise.

Kinder Morgan Canada, détenue majoritairement par la société américaine Kinder Morgan, de Houston, a répété qu’elle pourrait être forcée d’abandonner le projet si celui-ci continuait d’être confronté à un risque réglementaire déraisonnable.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!