HALIFAX — Le plus haut tribunal de la Nouvelle-Écosse a ordonné la tenue d’un nouveau procès dans le dossier d’une travailleuse du sexe condamnée pour voies de fait après avoir poignardé un client afin de se défendre.

La femme autochtone soutient que le client, Douglas Barrett, était en train de l’agresser et qu’il n’obtempérait pas à ses demandes de mettre fin à l’acte sexuel.

La femme a été condamnée lors du premier procès pour avoir poignardé dans le dos Douglas Barrett, le 19 septembre 2015, dans sa résidence de Sydney, en Nouvelle-Écosse.

Les deux se connaissaient depuis un moment, mais la femme a déclaré lors du procès qu’elle avait peur de M. Barrett, qui aurait la réputation de maltraiter les travailleuses du sexe.

Elle a cependant confirmé avoir accepté de partir avec lui afin de toucher l’argent dont elle avait besoin pour acheter de la drogue.

La femme dit avoir pris un couteau lorsque l’homme lui a demandé de monter dans sa chambre à l’étage.

Elle a raconté que le client l’avait prise de force et était monté sur elle malgré ses refus répétés, ce qui l’a poussée à le poignarder en légitime défense.

Le juge Alain Bégin, de la Cour provinciale, a rejeté l’argument de légitime défense et a reconnu l’accusée coupable de voies de fait causant des lésions corporelles.

La Cour d’appel a toutefois infirmé cette décision, mercredi, en soutenant que le juge Bégin avait erré dans son interprétation des lois sur la légitime défense et le consentement.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!