Yves Provencher/Métro Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

MONTRÉAL — La Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) a trouvé un moyen original et efficace pour permettre aux petits commerçants d’apprendre le français.

L’organisme a annoncé vendredi qu’il étend à trois arrondissements à haute densité d’immigrants son projet pilote de francisation dans les petits commerces.

Les petits commerces de proximité ont toujours représenté un défi de taille puisque les commerçants font de très longues heures et ont rarement le temps de s’absenter du commerce pour suivre des cours de francisation.

La Chambre a cependant eu beaucoup de succès avec son projet pilote, qui consiste à jumeler des étudiants universitaires à des petits commerçants pour leur donner des cours de français dans leur commerce.

«Plutôt que d’avoir à se rendre à un cours de français, (le commerçant) n’a qu’à opérer son commerce pendant que le français se rend à lui», a imagé la ministre responsable de la Charte de la langue française, Marie Montpetit, qui participait à l’annonce.

Les étudiants, qui doivent avoir une maîtrise du français et de la langue du commerçant, se présentent ainsi au commerce deux heures par semaine durant 12 semaines pour cet apprentissage.

«Apprendre la langue dans le contexte même des interactions avec les clients constitue en soi un mode stimulant», a fait valoir la ministre Montpetit.

De plus, le commerçant lui-même porte une épinglette sur laquelle est inscrit «J’apprends le français, encouragez-moi», ce qui mène apparemment à une participation enthousiaste des clients.

«La première chose que les commerçants nous disent, c’est qu’ils sont fiers d’apprendre le français», a raconté le président et directeur général de la CCMM, Michel Leblanc, selon qui l’effort vient briser un mythe persistant: «Il y a une mauvaise perception à Montréal voulant que les commerçants, les immigrants, ne veulent pas apprendre le français, mais leur difficulté c’est de trouver le temps.»

Les 30 commerçants qui ont participé au projet pilote ont vu leurs compétences en français s’améliorer, des résultats mesurables qui ont suscité de l’intérêt au-delà des frontières de Montréal, du Québec et même du Canada.

«Nous avons reçu des demandes d’information de villes françaises et d’institutions françaises — Aéroports de Paris — et de villes américaines qui nous demandaient de décrire à la fois le fonctionnement du programme, son financement et ses résultats», a fait savoir le PDG de la Chambre.

La démarche a également été remarquée à Québec, la ministre Marie Montpetit débarquant avec un chèque de 500 000$ pour soutenir le projet.

Une vingtaine d’étudiants — qui sont rémunérés pour la tâche — sont à être recrutés et l’objectif est de former 160 commerçants d’ici le mois de mars.

Le projet pilote avait été amorcé dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce. Il s’y poursuivra et sera étendu aux arrondissements de Saint-Laurent et de Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension.

Les résultats du projet pilote, cependant, montrent une amélioration mesurable, mais pas assez significative au goût de Michel Leblanc, qui fait valoir que tous les participants n’avaient pas la même facilité avec les langues, ce qui laisse croire que l’effort doit s’étendre sur une plus longue période que 12 semaines.

«Ça veut dire que c’est un exercice qui va requérir une récurrence», conclut-il.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!