WINNIPEG — Un garçon yézidi qui est resté captif pendant trois ans en Irak avant d’être réuni avec sa famille à Winnipeg l’an dernier demande de rencontrer le premier ministre Justin Trudeau.

Dans une vidéo partagée sur Facebook par l’Association yézidie du Manitoba, Emad Mishko Tamo, âgé de 13 ans, tient une pancarte sur laquelle il est écrit qu’il remercie le Canada de l’avoir aidé et qu’il souhaite partager son histoire pour défendre tous les «milliers» d’autres enfants yézidis tenus en otage.

Sur une autre affiche, il invite Justin Trudeau à le rencontrer.

Le président de l’association, Hadji Hesso, dit espérer que le gouvernement fédéral accueille plus de réfugiés yézidis au Canada, soulignant que plusieurs enfants ont été libérés après la défaite de Daech (le groupe État islamique) en Irak, sans personne pour les aider.

Ces enfants reviennent chez eux, mais ils n’ont plus de famille, a-t-il plaidé.

Emad avait été séparé de sa mère, Nofa Mihlo Zaghla, en 2014, après que le groupe extrémiste eut forcé des milliers de membres de la minorité yézidie à fuir leur territoire.

Le jeune adolescent a été libéré l’été dernier dans la ville de Mossoul.

Mme Zaghla vivait à Winnipeg en tant que réfugiée, mais elle n’avait aucune idée si son fils était encore vivant, jusqu’à ce qu’elle le reconnaisse dans une photo partagée sur les réseaux sociaux, qui le montrait sale, et échevelé.

Alors qu’il se remettait de blessures par balle, le petit Emad est arrivé au Canada au mois d’août avec l’aide de l’association yézidie.

Après avoir atterri à Winnipeg, il a été accueilli à l’aéroport par sa mère et les autres membres de la famille qui l’attendaient impatiemment.

«Maintenant, il est à l’école, il subit des traitements et il va mieux. Tranquillement, cependant», a témoigné M. Hesso.

Le père du garçon manque toujours à l’appel, selon le président de l’association.

La Chambre des communes a adopté à l’unanimité en 2016 une motion qualifiant la persécution des Yézidis de génocide et dans laquelle le gouvernement s’était engagé à accueillir des femmes et des filles réfugiées.

En février 2017, le gouvernement avait promis d’accueillir 1200 personnes jusqu’à la fin de l’année.

Un courriel du porte-parole du ministre de l’Immigration, Ahmed Hussen, indique qu’en date du 31 décembre 2017, le gouvernement a délivré plus de 1200 visas à des survivants de Daech, qui sont parrainés par le gouvernement.

Plus de 1000 de ces réfugiés sont arrivés au Canada et 81% d’entre eux sont des yézidis, souligne le courriel.

Les quelques centaines d’autres ont été retardés par les restrictions de vol dans le nord de l’Irak.

«Des arrangements ont été faits pour transporter des individus d’un autre aéroport en Irak. Cependant, cela a nécessité des documents additionnels et distincts, un processus qui a pris des semaines, et dans certains cas, des mois à organiser», a spécifié le porte-parole Hursh Jaswal dans le courriel, ajoutant qu’ils allaient continuer à arriver au début de l’année 2018.

Le gouvernement ne recevra pas d’autres demandes dans le cadre de cette initiative, selon M. Jaswal.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!