Don Campbell Don Campbell / The Associated Press

HALIFAX — Tesla installera des dizaines de bornes de recharge rapides dans le Canada atlantique, ce qui permettra aux propriétaires de ses luxueuses voitures d’explorer la côte est du pays.

La compagnie prévoit construire des dizaines de ces «super bornes» de recharge à travers le Canada, dont sept dans les Maritimes — cinq au Nouveau-Brunswick et deux en Nouvelle-Écosse — d’ici la fin de 2018.

«Tesla érige une infrastructure de recharge de véhicules électriques à travers le Canada pour permettre aux propriétaires d’une Tesla de la conduire d’un bout à l’autre du pays», explique Dan Woynillowicz, du groupe de recherche britanno-colombien Clean Energy Canada.

«C’est une chose d’utiliser un véhicule électrique pour vos besoins quotidiens, ajoute-t-il. Mais les Canadiens aiment aussi partir sur la route l’été et c’est à ce moment qu’on doit pouvoir recharger entre les villes et à travers le pays.»

Les bornes super rapides mettent une trentaine de minutes à recharger un véhicule électrique à environ 80 pour cent de sa capacité, ce qui permet ensuite de rouler pendant environ trois heures, selon le modèle et les conditions.

Les tarifs varieront à travers le pays, mais en Nouvelle-Écosse il en coûtera environ 28 cents par minute, soit 8,40 $ pour une demi-heure.

Une porte-parole de Tesla a dit que la compagnie ne commente pas ses nouveaux sites de recharge avant leur ouverture, mais elle a confirmé qu’ils seront destinés uniquement à ses véhicules.

«Cela veut dire que plus de consommateurs seront intéressés à acheter une Tesla en raison de l’infrastructure de recharge, a dit M. Woynillowicz. Le plus récent modèle, la Tesla Model X, est offert à un prix plus abordable pour les consommateurs.»

Les propriétaires d’autres modèles de véhicule électrique n’auront pas accès de sitôt à un réseau de bornes rapides en Nouvelle-Écosse.

L’intention de Nova Scotia Power d’installer une dizaine de bornes rapides à travers la province a récemment été rejetée par les instances réglementaires. La société voulait construire des bornes de niveau 3 qui utilisent un système de 480 volts similaire aux «super bornes» de Tesla.

Ces bornes auraient été compatibles avec tous les véhicules et non seulement avec ceux de Tesla.

Nova Scotia Power planifiait d’installer les 12 stations à environ 65 kilomètres d’intervalle le long des autoroutes de la province — ce qui aurait été parfait pour une petite balade du dimanche — à un coût de 2,50 $ par 15 minutes de recharge.

«Les véhicules électriques représentent l’avenir du transport, a déclaré en août dernier la pdg de Nova Scotia Power, Karen Hutt. Nous nous apprêtons à simplifier la vie aux Néo-Écossais qui veulent acheter et conduire une voiture électrique.»

La société avait annoncé que les bornes seraient inaugurées ce printemps à un coût d’environ 840 000 $, dont la moitié serait défrayée par Ottawa.

Le projet a toutefois été rejeté le 4 janvier. La Commission des services publics et d’examen de la Nouvelle-Écosse a tranché que le projet n’allait «pas dans l’intérêt supérieur des contribuables (de la société)», même s’il aurait profité aux propriétaires de véhicules électriques.

M. Woynillowicz a dit que la région semble empêtrée dans un scénario «la poule et l’oeuf».

«La commission a refusé de laisser Nova Scotia Power construire ces nouvelles bornes parce qu’il n’y a pas suffisamment de contribuables qui ont des voitures électriques et qui pourraient en profiter, explique-t-il. Mais les consommateurs se demandent s’ils vont pouvoir recharger leur véhicule électrique, et ça nécessite une infrastructure de recharge.»

La porte-parole de Nova Scotia Power, Tiffany Chase, a reconnu que l’absence de bornes de recharge décourage les Néo-Écossais qui envisagent d’acheter un véhicule électrique.

«C’était une belle occasion d’implanter un réseau de recharge rapide en Nouvelle-Écosse et d’étudier l’impact sur le réseau électrique, en partageant le coût de l’investissement avec Ressources naturelles Canada, a-t-elle dit par voie de courriel. Nous savons que les véhicules électriques sont une composante importante d’un avenir moins polluant.»

Mme Chase a rappelé que d’autres sociétés publiques ont profité d’un financement fédéral, notamment Énergie NB qui est à compléter la construction d’un réseau de 15 bornes.

«Il y a un réseau de recharge rapide à travers presque tout le Canada, qui se termine à la frontière de la Nouvelle-Écosse», a-t-elle déploré.

Énergie NB a construit 13 bornes à travers la province et en prévoit deux autres. Le porte-parole Marc Belliveau a dit que chaque station offrira des bornes de niveau 2 et de niveau 3.

Le Québec, l’Ontario et la Colombie-Britannique ont encouragé la transition aux véhicules électriques, notamment en offrant des incitatifs à l’achat et en investissant dans les infrastructures de recharge. L’adoption a toutefois été plus lente ailleurs, entre autres dans les Maritimes, a dit M. Woynillowicz.

Tesla prévoit installer ses super bornes à Halifax et à Truro, tandis que le Nouveau-Brunswick les installera à Saint-Jean, Fredericton, Moncton, Edmundston et Woodstock.

Selon le site PlugShare, qui recense les bornes de recharge à travers le monde, on retrouve seulement deux stations de niveau 3 en Nouvelle-Écosse, à Halifax et à Truro.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!