OTTAWA — Il y a un peu plus de deux ans, le chef libéral Justin Trudeau critiquait le gouvernement conservateur en place parce qu’il tenait les Canadiens dans l’ignorance des négociations et des impacts économiques entourant le Partenariat transpacifique (PTP).

Aujourd’hui assis dans le siège du premier ministre, c’est au tour de Justin Trudeau d’être la cible des critiques pour ne pas révéler les détails de l’engagement qu’a pris le Canada cette semaine en adoptant une version modifiée de cet immense accord économique renommé «Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste».

Justin Trudeau a fait l’éloge de l’entente intervenue mardi en parlant de l’ouverture de nouveaux marchés pour les entreprises canadiennes dans la région en pleine croissance de l’Asie-Pacifique.

Les libéraux assurent qu’ils ont largement amélioré les termes de l’accord par rapport à ce que les conservateurs ont négocié avant eux, dans la première version abrogée lors du retrait des États-Unis l’an dernier.

Mais exactement comme les conservateurs de Stephen Harper en 2015, les libéraux de Justin Trudeau font l’objet de fortes pressions pour qu’ils dévoilent plus d’informations sur les possibles répercussions économiques ici au Canada.

Des critiques de l’entente comme le président du Congrès du travail du Canada, Hassan Yussuff, notent que le silence des libéraux rappelle les méthodes opaques de leurs prédécesseurs conservateurs.

«Il n’y a aucune différence fondamentale entre le précédent gouvernement qui a négocié le PTP par rapport à ce gouvernement», a commenté M. Yussuff en entrevue mercredi.

«Je pense que le gouvernement va avoir bien du mal à faire cadrer cela avec ce qu’ils ont prêché à la plupart d’entre nous qui avons réellement envie de croire que leur approche est différente», a-t-il renchéri.

Il mentionne que le public a pu apprendre quelques détails cette semaine, dont le fait qu’Ottawa a signé des lettres d’ententes séparées sur l’industrie automobile et sur la culture.

M. Yussuff déplore toutefois un «troublant» manque de détails pour un accord économique aussi majeur.

Lui-même membre du comité consultatif du gouvernement dans le cadre de la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), M. Yussuff insiste que l’approche entourant le PTP est beaucoup moins transparente que celle de l’ALÉNA.

La députée néo-démocrate Tracey Ramsey accuse elle aussi les libéraux de faire revivre la méthode conservatrice du secret.

Pourtant, dans un communiqué publié en octobre 2015 et toujours disponible sur le site web du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau déclarait: «Le gouvernement a l’obligation de faire preuve d’honnêteté et d’ouverture face au processus de négociation et doit immédiatement divulguer les détails de toute entente.»

Il ajoutait ensuite que les «Canadiens et les Canadiennes ont le droit de savoir pleinement quelles seront les répercussions de cet accord sur les divers secteurs de notre industrie».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!