OTTAWA – Le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, sert un avertissement aux dirigeants des banques d’à travers le monde.

À titre de président du Conseil de la stabilité financière, M.Carney signale qu’il pourrait sévir contre les banques qui n’adhèrent pas aux réformes mises en place pour éviter une répétition de la crise financière qui a ébranlé les marchés et les institutions, en 2008.

En entrevue à la chaîne britannique BBC, Mark Carney a reconnu que de récents scandales dans le monde financier avaient ébranlé la réputation du système bancaire. À son avis, il est essentiel que la confiance à l’égard des banques soit rétablie.

Il rappelle que le Conseil de la stabilité financière n’est pas là que pour rédiger des règles de gouvernance, mais aussi pour s’assurer qu’elles soient respectées.

Quant aux institutions bancaires canadiennes, le gouverneur Carney croit qu’elles pourraient être vulnérables face à l’endettement hypothécaire et à la surchauffe du marché résidentiel, mais il salue le gouvernement du Canada pour avoir pris l’initiative d’assurer les prêts à risques élevés.

D’autre part, il ne croit pas devoir augmenter les taux d’intérêt dans un avenir rapproché.

Mark Carney dirige depuis novembre dernier le Conseil de stabilité financière, une organisation de régulateurs et d’institutions chargée de réformer le système bancaire international. L’organisme est composé de banques centrales, ministères et régulateurs de 24 pays, auxquels s’ajoutent des organisations telles le Fonds monétaire international (FMI), la Commission européenne, la Banque mondiale et la Banque centrale européenne (BCE).

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!