Getty Images/iStockphoto

FREDERICTON – Les usines de transformation de homard du Nouveau-Brunswick ont obtenu jeudi une injonction interdisant aux pêcheurs qui manifestent contre l’importation de homards du Maine de bloquer l’accès à leurs installations, a annoncé le premier ministre de la province, David Alward.

En entrevue jeudi, M. Alward a dit espérer que l’ordonnance d’une durée de 10 jours prononcée par un tribunal permettrait de résoudre le conflit sur les prix du homard afin que les usines puissent continuer à transformer le crustacé et à créer de la richesse non seulement au Nouveau-Brunswick, mais aussi dans toute la région.

«Nous devons régler cela par le dialogue et non avec les moyens saugrenus que les pêcheurs ont tenté d’utiliser plus tôt», a-t-il affirmé.

L’injonction constitue le plus récent revirement dans la crise qui a atteint un point critique la semaine dernière lorsque des pêcheurs ont organisé des manifestations à Cap-Pelé et à Shédiac, au Nouveau-Brunswick, en plus d’empêcher des camions de livrer des crustacés provenant du Maine à trois usines.

Vendredi dernier, les transformateurs de homards de la province avaient accepté de payer aux pêcheurs un minimum de 2,50 $ la livre pour leurs prises destinées à la transformation, et de 3 $ la livre pour celles vendues vivantes sur le marché.

Mais l’Union des pêcheurs des Maritimes (UPM) a affirmé que ses membres du Nouveau-Brunswick avaient besoin de 4 $ la livre pour tous leurs homards afin de rentabiliser leurs activités.

Le syndicat n’a pas donné suite aux demandes d’entrevue jeudi.

David Alward a reconnu que le conflit avait éprouvé les relations entre sa province et l’État du Maine, où la sénatrice républicaine Olympia Snowe a demandé à la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, d’aborder le sujet avec le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird.

«Je pense qu’il est clair que cela ne facilite pas les choses», a indiqué M. Alward.

Il a ajouté qu’environ 60 pour cent du homard transformé au Nouveau-Brunswick provenait d’autres juridictions et que la province exportait 85 pour cent de ce homard aux États-Unis.

«Alors, c’est très équilibré, a commenté le premier ministre. Et la capacité de nos transformateurs de continuer à transformer ce homard, peu importe qu’il provienne du Maine ou du Nouveau-Brunswick, est très importante non seulement pour eux mais aussi pour toute l’industrie, y compris les pêcheurs.»

Le gouvernement provincial a refusé de compenser le manque à gagner des pêcheurs, soutenant qu’il n’avait aucun intérêt à combler cette lacune et que cela créerait un précédent. Il a plutôt proposé de prolonger son programme de prêt, offre que l’UPM a rejetée.

La saison de la pêche au homard devait s’amorcer jeudi dans le détroit de Northumberland, au sud du golfe du Saint-Laurent, mais Ottawa a repoussé l’ouverture à lundi à la demande des pêcheurs.

Les représentants de l’UPM doivent rencontrer le ministre fédéral des Pêches et des Océans, Keith Ashfield, vendredi.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!