Isabelle Bergeron

Les équipes de soins à domicile seront désormais équipées de tablettes et d’ordinateurs portables pour consulter et modifier le dossier des patients en ligne pendant leur tournée.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a annoncé lundi que 8M$ seront consacrés à la mise en place de cette nouvelle méthode de travail, ce qui comprendra l’achat de 6 600 appareils électroniques à travers la province.

«Ils pourront, sur une tablette, colliger les notes de suivi clinique, les notes de laboratoire, avoir accès aux données d’analyse, au chevet du patient», a indiqué M. Barrette, qui a parlé d’un «souhait clairement exprimé par les professionnels.

«Avant, ils n’avaient d’autre choix que de prendre des notes et de les transcrire en revenant au CLSC», a ajouté le Dr Barrette en évoquant des gains «d’efficacité». Les appels d’offres seront lancés prochainement afin d’obtenir le matériel d’ici le 31 mars.

Dre Geneviève Dechêne, qui a un ordinateur portable depuis dix ans pour ses visites, «ne reviendrait jamais en arrière». «Je fais beaucoup moins d’erreurs. Je dispose des notes précédentes et le patient n’a pas à tout à répéter à un nouvel intervenant. On peut se concentrer sur les nouveaux problèmes du patient», a-t-elle exposé, ajoutant qu’il était «inconcevable en 2018 de ne pas avoir de dossier électronique».

Le ministre Barrette vise à ce que «les données [recueillies pendant les visites à domicile] soient intégrées à l’éventuel dossier électronique», sur lequel le ministère de la Santé planche depuis plusieurs dizaines d’années.

«C’est une des transformations les plus importantes du réseau, a expliqué le ministre lundi. Nous allons arriver à cette destination d’ici un peu plus de deux ans.»

Au début de son mandat, M. Barrette avait annoncé que le réseau serait entièrement informatisé d’ici 2021, prévoyant des coûts de 1,6 G$.

Les ratios seront appliqués
Dans les cibles prévues par la loi 20, un patient suivi en soins à domicile vaut 12 patients inscrits en cabinet. Or, le ministère a décidé à la fin du mois de novembre de ne pas imposer les sanctions en lien avec la loi 20, comme prévu, au 1er janvier, et ces ratios n’ont pas été pris en compte.

Lundi, Gaétan Barrette a indiqué qu’il n’était «pas question que ce ratio ne s’applique pas» dans le calcul du quota de 1500 patients par médecin omnipraticien.

Il a parlé de problème de clarté des orientations et de raison «cosmique» pour expliquer que les ratios n’ont pas été instaurés tels que prévu. «Je n’ai jamais eu aucune discussion avec qui que ce soit pour changer ces ratios, a-t-il insisté. On ne peut pas faire la transformation vers la première ligne sans la pondération des clientèles.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!