Getty Images/iStockphoto

TORONTO — La police de Toronto avertit l’ensemble des Canadiens que des fraudeurs ont réussi à subtiliser environ 5,1 millions $ à cinq Torontois par l’entremise d’une escroquerie menée au téléphone.

Selon les enquêteurs, les fraudeurs visent tous les résidants du pays et non seulement ceux de la Ville-Reine.

Le sergent-détective Ian Nichol a expliqué que des victimes se manifestent depuis le mois de novembre. Ces personnes ont toutes reçu un appel d’un homme qui se disait être un commerçant et qui leur annonçait qu’elles avaient été victimes d’une fraude sur leur carte de crédit.

Le «commerçant» les enjoignait à rapporter rapidement la fraude à la police et à leur institution bancaire.

Le fraudeur utilisait alors une anomalie présente sur les lignes téléphoniques fixes qui lui permet de rediriger les appels quelques secondes plus tard vers une tierce personne, incidemment vers un autre imposteur, qui clamait être un policier ou encore un enquêteur de la banque.

M. Nichol a expliqué que le fraudeur qui se faisait passer pour un enquêteur disait ensuite aux victimes de retirer leurs actifs et de les transférer ailleurs pendant que l’enquête était menée.

La police soutient que les victimes transféraient alors leur argent dans un compte fourni par les fraudeurs et qu’on leur demandait de garder cette transaction secrète pour protéger l’enquête fictive, qui toucherait des employés de la banque qui seraient complices.

Les fraudeurs appelaient leurs victimes plusieurs jours d’affilée pour s’assurer qu’elles gardaient le silence pendant que l’enquête était menée.

«Cela semble être un plan mené à grande échelle dans le sens qu’il y a certainement des centaines de milliers de tentatives infructueuses qui ont été menées», a soutenu M. Nichol.

Les autorités mentionnent que dans certains cas, les fraudeurs avaient déjà en main les informations bancaires de leurs victimes.

Le subterfuge semble être dirigé uniquement vers les utilisateurs de ligne téléphonique fixe, et non de cellulaires, et rien ne laisse croire qu’un fournisseur particulier était visé. L’âge des victimes ne semble pas non plus être un facteur.

Les autorités américaines collaborent à l’enquête.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!