WINNIPEG – L’ancien hockeyeur étoile Theoren Fleury affirme que le procès de l’ancien entraîneur qui l’a agressé sexuellement alors qu’il était adolescent l’avait poussé au bout de ses limites, étant obligé de voir le visage de l’homme affiché partout.

Bien qu’il n’ait pas mentionné Graham James par son nom, M. Fleury a écrit jeudi sur son blogue que les derniers mois avaient été beaucoup plus durs que prévu.

Au dire de l’ancien joueur des Flames de Calgary, peu de gens doivent ainsi voir le visage de leur agresseur dans tous les journaux, sur des milliers de sites Internet, à côté de leurs propres photos dans plusieurs publications, et sur tous les blogues.

James a été condamné le mois dernier, à Winnipeg, à deux ans de prison pour des centaines d’agressions sexuelles sur deux des joueurs qu’il a formés alors que ceux-ci étaient adolescents, soit M. Fleury et son cousin, Todd Holt.

Theoren Fleury n’a pas assisté à la longue audience du prononcé de la peine, lors de laquelle James s’est excusé auprès de tout le monde, de la communauté du hockey du Canada à ses victimes.

Il n’était pas non plus présent dans la salle d’audience lors que James a connu sa peine, une condamnation qui a déclenché la colère au pays, mais a publié une déclaration sur son site web où son cousin a parlé de la peine comme «rien de mieux qu’une mascarade nationale».

L’ancien joueur vedette, qui a lutté contre une dépendance à la drogue, a laissé entendre que les troubles entourant le procès l’avaient poussé à replonger dans ses mauvaises habitudes.

«Je me suis heureusement rendu compte de ce qui arrivait avant que des événements graves ne se produisent, et je me suis engagé, avec ma famille à chercher de l’aide auprès d’un conseiller compréhensif et sage», a-t-il dit.

Désormais, a déclaré l’ancien joueur, il se concentrera sur la poursuite du processus de guérison.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!