Yves Provencher/Métro Alexandre Boulerice

OTTAWA — Des militants néo-démocrates demandent que leur parti prenne position sur la réforme constitutionnelle proposée en juin par le gouvernement Couillard dans l’espoir de reconquérir le coeur des électeurs québécois en 2019.

La section québécoise du Nouveau Parti démocratique (NPD) a soumis une résolution en ce sens qui doit être étudiée lors du congrès prévu ce week-end à Ottawa.

«Ça fait partie de l’offre Québec qu’on veut présenter aux prochaines élections», a expliqué le lieutenant québécois du parti, Alexandre Boulerice.

Cette résolution demande que le NPD reconnaisse «l’erreur historique» du rapatriement de la Constitution en 1982 sans l’accord du Québec et qu’il accueille favorablement une réforme constitutionnelle qui reconnaîtrait «le caractère national du Québec» et viserait à «assurer son adhésion au cadre constitutionnel canadien».

«C’est quelque chose qui fait consensus au Québec peu importe les couleurs politiques», a souligné M. Boulerice.

«On trouvait ça important de le réitérer et on veut passer le message au gouvernement Trudeau qu’il ne peut pas claquer la porte au nez du gouvernement du Québec lorsque celui-ci veut avoir un dialogue sur cette cicatrice historique», a-t-il continué.

Le premier ministre Trudeau s’était empressé en juin de crever le ballon constitutionnel de Philippe Couillard, avant même que ce dernier n’ait présenté sa Politique d’affirmation du Québec et des relations canadiennes.

La résolution des néo-démocrates québécois propose qu’une réforme constitutionnelle se négocie non seulement entre Ottawa et les provinces, mais également avec les nations autochtones pour tenir compte de leurs revendications.

Le cahier de résolutions dévoilé par le parti mardi après-midi contient une série de résolutions nationalistes proposées par la section Québec. Les militants voudraient, entre autres, que le parti plaide pour l’application des principes de la loi 101 aux employés des banques, des radios, des télévisions et de toute autre entreprise sous juridiction fédérale.

Lors des plus récentes élections fédérales en 2015, le NPD était passé de 59 à 16 sièges au Québec. Un post-mortem avait permis de déterminer des lacunes dans le programme électoral du parti qui ne ciblait pas suffisamment les électeurs québécois.

Les délégués qui participeront au congrès devront accorder la priorité aux résolutions qui seront débattues en plénière. Le cahier en contient en tout 397. Moins du tiers devraient faire l’objet d’un vote.

Si elle est adoptée, la résolution sur la réforme constitutionnelle irait plus loin que la Déclaration de Sherbrooke adoptée par le parti en 2005. Cette politique définissait le statut particulier réservé au Québec dans un gouvernement fédéral néo-démocrate.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!