OTTAWA — Le gouvernement fédéral efface plus de 200 millions $ de prêts aux étudiants qui sont maintenant considérés comme des créances impossibles à recouvrer.

Selon des documents publiés récemment, Ottawa radie 203,5 millions de prêts consentis à 34 240 étudiants canadiens. Il s’agit de la troisième radiation majeure en quatre ans.

Les gouvernements du Québec, du Nunavut et des Territoires-du-Nord-Ouest ne participent pas au Programme canadien de prêts aux étudiants; ils gèrent leur propre programme, financé en partie par Ottawa.

Le gouvernement fédéral doit chaque année radier une partie des prêts de 19 milliards $ consentis actuellement aux étudiants canadiens, pour plusieurs raisons: le débiteur a fait faillite, la créance elle-même dépasse la limite de perception de six ans permise par la loi, ou bien le débiteur demeure introuvable, par exemple.

Les libéraux ont étudié diverses façons d’aider les finissants à rembourser leur dette étudiante — et de permettre au gouvernement de recouvrer son dû —, notamment en haussant à 25 000 $ le seuil de revenu annuel à partir duquel ils doivent commencer leurs versements.

Le plus récent rapport du Programme canadien de prêts aux étudiants révèle qu’en 2014-2015, le gouvernement a prêté 2,7 milliards $ à 489 000 étudiants à plein temps, et 20,9 millions $ à 12 100 étudiants à temps partiel. En moyenne, les finissants mettent de neuf à 15 ans pour rembourser complètement leur dette étudiante. Cette «libération de créance» survient à peu près au moment où les débiteurs sont le plus susceptibles de fonder une famille.

L’Alliance canadienne des associations étudiantes a par ailleurs demandé en janvier au gouvernement de libérer de cette obligation financière les jeunes couples qui sont en congés parentaux, même s’ils touchent des prestations d’assurance emploi.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!