GANGNEUNG, Corée, République de — Les premières notes de la chanson «Shape of You» d’Ed Sheeran venaient tout juste de retentir lorsque Gabriella Papadakis a soudainement compris qu’elle allait révéler à des dizaines de milliers de spectateurs des aspects de sa silhouette qu’elle aurait préféré garder pour elle.

Alors qu’elle amorçait la présentation de son programme court avec son comparse Guillaume Cizeron aux Jeux olympiques de Pyeongchang, le costume de la patineuse française s’est détaché au niveau de son cou, révélant ainsi son sein gauche en direct à la télévision, dont à la CBC.

De nombreux spectateurs canadiens ont critiqué le réseau anglais de Radio-Canada, qui a diffusé la performance vers 23 h 20 lundi soir. Le diffuseur public a expliqué qu’il avait retransmis la compétition en direct, en plus de reprises au ralenti, mais que ces «moments» allaient être retirés des rediffusions.

L’athlète de 22 ans a raconté, après coup, avoir été davantage préoccupée à tenter de retenir son costume qu’à effectuer avec précision ses pas de danse.

Elle a expliqué avoir senti dès le début que son costume se dérobait. «J’ai prié, a-t-elle mentionné. C’était pratiquement tout ce que je pouvais faire».

L’incident a atteint son paroxysme à la fin de la chorégraphie, lorsque Mme Papadakis devait se pencher vers l’arrière posée sur les bras de M. Cizeron, ce qui a révélé son mamelon gauche. Immédiatement, les commentaires ont afflué sur les réseaux sociaux.

Le couple français a tout de même réussi une solide performance, réalisant un score de 81,93, ce qui lui a permis de se classer deuxième derrière les Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!