OTTAWA — Une nouvelle coentreprise regroupant des Autochtones du Québec et des quatre provinces de l’Atlantique a décroché un lucratif permis pour la pêche à la mactre de Stimpson, brisant ainsi un monopole détenu depuis des années par le géant de l’industrie Clearwater Seafoods.

Le ministre fédéral des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, a annoncé jeudi qu’un nouveau permis pour la pêche à la mactre de Stimpson, un mollusque de la famille des palourdes, sera délivré à la Five Nations Clam Company. Le ministre LeBlanc a soutenu que cette décision «améliorera considérablement la participation autochtone à la pêche hauturière du Canada atlantique». Il y voit aussi «une mesure déterminante vers la réconciliation».

Le gouvernement fédéral avait annoncé l’an dernier qu’il délivrerait un quatrième permis, pour le quart des quotas de pêche autorisés de mactres de Stimpson. Ce nouveau permis serait toutefois réservé à une entreprise autochtone située dans une des quatre provinces de l’Atlantique ou au Québec, et qui devrait majoritairement appartenir à des intérêts canadiens.

La société Five Nations Clam fera équipe avec l’entreprise Premium Seafoods pour la pêche, le traitement et la mise en marché des prises, indique-t-on. Edgar Samson, frère du député libéral fédéral de Nouvelle-Écosse Darrell Samson, est président des deux entreprises.

Clearwater, qui avait présenté une demande pour ce permis, en coentreprise avec 13 communautés micmaques de la Nouvelle-Écosse, dénonce cette décision. Le géant de l’industrie songe même à poursuivre le gouvernement fédéral.

La compagnie, établie en Nouvelle-Écosse, soutient avoir investi 156 millions $ depuis trois ans pour augmenter sa capacité de production et développer les marchés. Elle estime maintenant que le ministre LeBlanc a déstabilisé un climat propice à l’investissement dans le secteur canadien des pêches et dans celui des ressources naturelles.

Clearwater a réalisé en 2016 des ventes de 90 millions $ dans le seul marché de la mactre de Stimpson, ce qui représente environ 15 pour cent des revenus annuels de l’entreprise.

La mactre de Stimpson, appelée aussi «palourde du Québec», est connue en Asie sous le nom de «hokkigai», où elle est notamment populaire dans la préparation des sushis et sashimis. Les gisements de mactres de Stimpson au Canada sont surtout situés au large de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve-et-Labrador; le quota actuel est d’environ 38 000 tonnes, et cette pêche vaut des dizaines de millions de dollars annuellement.

(Entreprise dans cette dépêche: TSX:CLR)

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!