DANIEL MOREL / La Presse Canadienne

OTTAWA — Même s’il ne compte qu’une poignée de femmes au sein de ses Casques bleus, le Canada tente de trouver des façons d’aider d’autres pays à augmenter leur effectif féminin dans les missions de maintien de la paix à travers le monde.

Affaires mondiales Canada avait convoqué jeudi des représentants de plusieurs pays et des Nations unies pour un remue-méninges sur les façons de déployer davantage de femmes Casques bleus.

Le gouvernement de Justin Trudeau et l’ONU soutiennent que la présence accrue de femmes au sein des Casques bleus contribuerait à une paix et une stabilité durables dans des régions du monde dévastées par les guerres.

Mais Walter Dorn, expert des missions de maintien de la paix au Collège des Forces armées canadiennes à Toronto, croit que le Canada ne prêche pas trop par l’exemple: six des 40 Casques bleus canadiens déployés en janvier étaient des femmes — et cinq d’entre elles étaient des policières, envoyées en Haïti.

La seule militaire canadienne parmi les Casques bleus de l’ONU est déployée à Chypre.

Selon le professeur Dorn, le Canada devra considérablement augmenter ses contributions aux Casques bleus en général, et à son effectif féminin en particulier, s’il veut demander aux autres pays de suivre son exemple.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!