JEAN BERNIER/Radio-Canada Sur le plateau du débat des chefs à Radio-Canada

C’est dimanche soir que débute le premier des quatre débats entre les chefs des principaux partis politiques qui se présentent aux élections provinciales québécoises. Celui qui sera diffusé dimanche soir à 20 heures sur les ondes de Radio-Canada et Télé-Québec sera le seul où Québec solidaire sera présent aux côtés du Parti québécois, du Parti libéral et de la Colation avenir Québec.

Certains chefs, bien souvent ceux qui tirent de l’arrière pendant la campagne, affirment qu’une deuxième campagne commence avec les débats télévisés. C’est le cas de Jean Charest. Débattre est une de ses forces et comme il n’est pas en avance dans les sondages, il s’agit d’une de ses meilleures cartes à jouer.

Il a d’ailleurs prouvé en 2003 qu’il était capable de changer le visage d’une campagne. On se souvient qu’à l’époque, Bernard Landry, alors premier ministre péquiste, menait une campagne qui augurait plutôt bien. Lors du débat, Jean Charest avait lâché une bombe à retardement. Huit ans après le référendum, M. Charest avait annoncé en plein débat que Jacques Parizeau avait encore récemment réitéré les propos voulant que le Québec ait perdu le référendum en raison de l’argent et du vote ethnique.

Dans les jours qui ont suivi, M. Landry a dû essuyer les tirs ennemis sur la question. À mesure qu’il se refusait à condamner les propos de M. Parizeau et à s’empêtrer dans des explications ambiguës, le Parti québécois s’est mis baisser dans les intentions de vote. Jean Charest a remporté les élections et est devenu premier ministre.

Voici quelques-uns des défis qui attendent les partis:

Parti libéral du Québec
Défendre avec crédibilité leur bilan en matière d’éthique et de corruption. Après neuf ans au pouvoir, Jean Charest doit être préparé à défendre son bilan.

Parti québécois
Défendre clairement des positions nuancées, voire ambiguës, sur la souveraineté et le conflit étudiant.

Coalition avenir Québec

Représenter le changement, mais surtout défendre le manque d’expérience et l’apparence d’improvisation avec des propositions qui se contredisent. En tant qu’ancien péquiste, il devra aussi manœuvrer pour rallier les fédéralistes et souverainistes sans critiquer l’un ou l’autre.

Québec solidaire

Françoise David devra convaincre les électeurs de Gouin de voter pour elle plutôt que le péquiste Nicolas Girard. Mais QS préférait surement un gouvernement péquiste à un libéral. Elle devra donc doser ses attaques contre le PQ. Mme David devra aussi répondre des actes de M. Khadir, qui risque d’être attaqué, mais ne sera pas présent pour se défendre.

À noter qu’Option nationale n’a pas été invité aux débats. Le parti de Jean-Martin Aussant participera à sa façon au débat de dimanche en étant présent sur Facebook et Twitter sous le mot-clique #ONdebat. Le défi de ce parti : se rendre visible le plus possible.

Vous pouvez suivre notre journaliste Annabelle Blais en simultané sur Twitter @AnnabelleBlais

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!