VANCOUVER — Le patron du détaillant Mountain Equipment Co-op (MEC) affirme que l’entreprise ne veut pas précipiter une décision sur sa chaîne d’approvisionnement après que des consommateurs sur les réseaux sociaux eurent établi le lien entre des marques vendues dans ses magasins et un important fabricant d’armes à feu aux États-Unis.

Le chef de la direction, David Labistour, a indiqué que MEC s’attarderait de plus près aux risques potentiels quant à ses liens avec de grandes entreprises ailleurs dans le monde.

«Nous avons toujours cru à l’importance d’avoir tous les détails et toutes les informations avant de prendre une décision», a affirmé M. Labistour en entrevue tard lundi.

«Ces décisions offenseront quelqu’un quelque part, car ce que nous savons de nos comptes sur les réseaux sociaux est que tout le monde n’est pas du même avis, alors nous devons évaluer cela soigneusement et nous assurer de prendre une décision qui est en phase avec nos membres et les valeurs des organisations», a-t-il ajouté.

Plus tôt lundi, l’équipe de direction de MEC affirmait qu’elle allait se réunir pour discuter de la vague de mécontentement exprimée sur les réseaux sociaux.

La coopérative de Vancouver, spécialisée dans les articles et vêtements de plein air, vend des produits de marques appartenant à l’entreprise de l’Utah Vista Outdoor, notamment Camelbak et Bolle.

Or, parmi les activités de Vista se trouvent aussi la conception, le développement et la fabrication de munitions, d’armes d’épaule et d’équipements liés, d’après son site internet. L’entreprise détient Savage Arms, qui vend plusieurs armes semi-automatiques. Elles sont semblables au genre d’arme qui a permis à un tireur, plus tôt en février, du tuer 17 personnes dans une école secondaire de Parkland, en Floride.

Même si MEC ne vend pas d’armes à feu, elle tient en stock certains casques, lunettes et autres articles de plein air fabriqués par Vista.

Une pétition en ligne a été lancée sur le site Change.org pour demander à MEC de cesser de vendre les marques de Vista.

Vista n’a pas immédiatement répondu à des demandes de commentaires.

Tim Southam, responsable des affaires publiques pour MEC, a souligné que les structures de propriété dans le secteur du plein air se transforment alors que davantage d’entreprises plus imposantes font leur entrée et acquiert des marques auparavant indépendantes.

«Camelbak, par exemple, notre relation remonte à 2009 avant l’existence même de Vista Outdoors comme entreprise», a dit M. Southam.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!