JONATHAN HAYWARD JONATHAN HAYWARD / La Presse Canadienne

VANCOUVER — Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, estime qu’il faut faire participer les communautés autochtones aux efforts pour protéger les côtes canadiennes des déversements éventuels provenant de navires.

Dans une allocution mardi à l’assemblée générale annuelle de la Chambre des transports de la Colombie-Britannique, M. Garneau a ainsi annoncé un projet pilote dans le cadre du Plan de protection des océans, doté de 1,5 milliard $.

Des communautés des nations haïda et gitga’at sur la côte nord de la province évalueront un nouveau «système de sensibilisation aux activités maritimes». Ce système doit fournir à tous les partenaires côtiers «des renseignements maritimes essentiels, y compris des données en temps quasi réel sur la circulation maritime».

Ces nations seront les premières à faire l’essai de ce nouveau système parmi neuf collectivités situées le long des trois côtes, a indiqué mardi le ministère des Transports.

Le ministre Garneau a par ailleurs annoncé l’octroi à la compagnie Aqua-Guard Spill Response, de North Vancouver, d’un contrat de 1,2 million $ pour l’acquisition par la Garde côtière d’un nouvel équipement d’intervention environnementale en cas de pollution maritime.

Il y a quelques jours, des milliers de personnes ont manifesté en Colombie-Britannique contre l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain, qui augmenterait le trafic des pétroliers dans le port de Vancouver. L’expansion permettrait de pratiquement tripler la capacité de l’oléoduc qui achemine déjà le pétrole des sables bitumineux de l’Alberta vers le Pacifique.

Le ministre Garneau a rappelé mardi que l’expansion de l’oléoduc avait déjà reçu le feu vert d’Ottawa et qu’une majorité de Canadiens approuvait le projet, même s’il ne fait pas l’unanimité.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!