Mario Beauregard / Métro Gabriel Nadeau-Dubois.

C’est sans surprise que Gabriel Nadeau-Dubois a été officiellement nommé candidat de Québec solidaire (QS) dans la circonscription de Gouin, dimanche, en vue de ce qu’il qualifie de «campagne électorale la plus importante» de la jeune histoire du parti.

Élu sans opposition, l’actuel député de Gouin tentera d’obtenir un deuxième mandat au scrutin provincial du 1er octobre prochain.

Lors d’une élection partielle en mai 2017, il avait remplacé l’ancienne co-porte-parole de QS, Françoise David, en obtenant 69,22% des suffrages exprimés.

Le Parti québécois (PQ), qui a détenu le comté de 1976 à 2012, avait alors choisi de ne pas présenter de candidat. La situation sera différente au prochain scrutin, puisque le PQ a confirmé en décembre la candidature d’Olivier Gignac dans ce comté.

«Les châteaux forts n’existent pas à Québec solidaire, a souligné l’ancien leader étudiant lors de son allocution. Chaque fois qu’on a fait des gains, c’est en travaillant sur le terrain et en appelant les gens à se mobiliser. On ne gagnera pas par défaut ou par habitude.»

En entrevue, le politicien de 27 ans a insisté sur l’importance de la prochaine élection pour la formation de gauche.

«Ce sera la campagne la plus importante de l’histoire de Québec solidaire, en terme de moyens sans aucun doute, en terme de membres, de financement et d’objectifs», a-t-il assuré, ajoutant que le parti avait la volonté d’augmenter «significativement» son nombre de députés à l’Assemblée nationale.

«Le rythme qu’on a eu au cours des dernières années, d’ajouter un ou deux députés par élection, il est temps de passer à autre chose. On donnera les objectifs spécifiques en début de campagne, mais pour moi il est clair qu’il faut passer à une nouvelle vitesse de croissance, ça ne fait aucun doute.» Gabriel Nadeau-Dubois

Dans ce contexte, demeurer à trois députés serait-il un échec pour Québec solidaire?

«Changer le monde, c’est long, a tempéré l’autre porte-parole du parti, Manon Massé, élue de Sainte-Marie-Saint-Jacques. Nous, ce n’est pas de la “réformette’’ qu’on veut faire. C’est un changement profond. On veut changer le système qui ne permet pas d’avoir les moyens pour prendre soin de notre monde.»

Pour augmenter sa députation, notamment à l’extérieur de l’île de Montréal, M. Nadeau-Dubois, organisateur en chef de la campagne de QS, entend transformer son parti en véritable «mouvement politique».

«Être un mouvement, c’est être un parti qui ne se contente pas de faire des élections et des conférences de presse. C’est un parti qui mobilise les gens sur le terrain, concrètement, autour d’enjeux», a-t-il expliqué, donnant pour exemple la campagne de pétitions et de manifestations organisées par Québec solidaire pour réclamer la démission du ministre de la Santé Gaétan Barrette.

«Ce n’est pas le genre d’action qu’on est habitué de voir d’un parti politique, a-t-il reconnu. Mais c’est sur ces modes d’action qu’on va miser lors de la prochaine campagne.»

M. Nadeau-Dubois compte notamment s’inspirer de la spectaculaire campagne à l’investiture du parti démocrate américain menée par le socialiste Bernie Sanders en 2016.

«Les gens ont soif de partis politiques qui ouvrent les possibilités d’implication. C’est ce qu’ont fait [Bernie] Sanders aux États-Unis, [Jean-Luc] Mélenchon en France ou [Jeremy] Corbin au Royaume-Uni, rappelle le député de Gouin. Surtout chez les jeunes, il y a une volonté de s’impliquer différemment que de simplement participer à une assemblée d’investiture. Une volonté de s’impliquer en mobilisant, en faisant du tractage au métro, en organisant une manifestation, en faisant des appels, etc.»

«Les contextes nationaux changent, le contenu politique aussi, mais sur la philosophie de mouvement, oui, on se revendique et on s’inspire de ce que ces gens ont fait ailleurs. Ce sont ces mouvements qui ont été capables de mobiliser les jeunes en politique au cours des dernières années», a illustré Gabriel Nadeau-Dubois.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!