MONTRÉAL — Les municipalités du Québec s’attendent à ce que la question du partage des revenus du cannabis soit clarifiée une fois pour toutes lors du budget, mardi prochain, et elles veulent un système simple et sans reddition de comptes «à n’en plus finir».

Le président de l’Union des municipalités, Alexandre Cusson, a fait ce rappel, jeudi à Montréal, après qu’il eut rencontré la mairesse de Montréal, Valérie Plante et les autres maires de la région.

Les villes ont déjà affirmé qu’elles s’attendaient à un partage des revenus en trois tiers, entre les gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux. Elles ont insisté sur le fait que le système de perception et de redistribution qui sera instauré ne doit pas être complexe et ne doit pas non plus prévoir de reddition de comptes trop élaborée, ni entre le provincial et le fédéral, ni entre le municipal et le provincial.

On veut «quelque chose de simple; il n’est pas question pour nous de s’engager dans une bureaucratie et dans une reddition de comptes à n’en plus finir. Québec ne rendra pas de comptes à Ottawa, les municipalités ne rendront pas de comptes à Québec non plus là-dessus», a prévenu M. Cusson.

M. Cusson a estimé que cette portion municipale du tiers des revenus de la taxe d’accise devrait représenter une somme de 30 millions $ selon les évaluations préliminaires.

Quant à savoir comment cette somme sera redistribuée entre les municipalités, divers critères devront être soupesés, a souligné M. Cusson. Est-ce que la municipalité a son propre service de police ou est-ce que le service est assuré par la Sûreté du Québec, a-t-il cité à titre d’exemple.

Transport et taxes

Les municipalités ont aussi des attentes en matière de «mobilité», c’est-à-dire de transport.

«Toutes les municipalités du Québec, on a un même objectif — qui est différent d’une ville à l’autre — mais on veut plus de mobilité. Est-ce que c’est du transport aérien, par exemple sur la Côte-Nord ? Est-ce que ce sont des voies réservées sur la Rive-Sud ? Est-ce que c’est une ligne de métro à Montréal ? On sent qu’il y a vraiment un grand appétit, un grand intérêt. Et le message est clair; c’est ce qu’on dit au gouvernement provincial :on a des attentes», a résumé la mairesse Plante.

Uniquement pour le transport aérien régional, les investissements nécessaires ont été évalués à 400 millions $ pour les cinq prochaines années, a précisé M. Cusson, aussi maire de Drummondville.

Finalement, l’UMQ est encore une fois revenue à la charge avec sa demande de voir le gouvernement du Québec payer la totalité de ses taxes municipales pour les établissements scolaires. «Les citoyens paient 100 pour cent de leurs taxes; ce n’est pas le cas du gouvernement du Québec», a déploré M. Cusson.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!