Justin Tang Justin Tang / La Presse Canadienne

WINNIPEG — Lorsque Gerald Stanley a témoigné devant un tribunal de la Saskatchewan le mois dernier, il a livré au jury sa version de ce qui est survenu à l’été 2016 quand Colten Boushie, un jeune homme autochtone, a été tué par balle.

Les gens ont pris connaissance de la version de M. Stanley en cour ou à travers le pays dans les médias. La cousine de Colten Boushie, Jade Tootoosis, a souligné que celui-ci n’aura jamais la même occasion de faire entendre sa voix.

Mme Tootoosis a dit avoir été dégoûtée d’apprendre que la firme d’avocats représentant M. Stanley avait approché des maisons d’édition. En entrevue, elle a dit croire que le fermier de la Saskatchewan tentait d’«exploiter encore plus» la mort de Colten Boushie à des fins pécuniaires.

Colten Boushie est mort après avoir été atteint par balle à la tête alors qu’il se trouvait dans un véhicule utilitaire sport sur une ferme. M. Stanley a été acquitté de meurtre au deuxième degré après avoir témoigné que l’arme à feu s’était enclenchée de manière accidentelle.

L’éditeur torontois Between The Lines (BTL) a indiqué par communiqué jeudi dernier avoir rejeté une demande de rencontre avec l’équipe d’avocats de M. Stanley et a appelé les autres maisons d’édition à faire de même. L’avocat Scott Spencer a confirmé que son bureau avait fait des démarches au nom de M. Stanley car celui-ci «souhaite seulement que les faits soient rétablis publiquement». M. Spencer a affirmé que M. Stanley ne cherchait pas à obtenir un contrat payant pour la publication d’un livre.

Lorsque les membres de la famille du jeune homme autochtone ont eu vent que des sociétés d’édition avaient été contactées au nom de M. Stanley, ils ont été consternés étant donné que «tout le processus judiciaire a accordé la tribune à Gerald Stanley».

«Il est vivant et en mesure de raconter son histoire, et il l’a fait», a fait valoir Mme Tootoosis.

«Je peine à comprendre cet individu et ses motivations, et ce qu’il tente d’accomplir. C’est tout simplement troublant», a-t-elle ajouté.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!