Josie Desmarais/Métro Vincent Marissal

QUÉBEC — Vincent Marissal admet avoir menti lors de son entrée en politique, ce mois-ci, quand il a nié avoir eu des discussions avec le Parti libéral du Canada (PLC) avant de choisir de se présenter pour le parti souverainiste de gauche Québec solidaire, rapportent plusieurs médias.

«Je n’ai pas dit la vérité. Pas dire la vérité, c’est mentir. J’en fais mon mea culpa», a dit M. Marissal, mercredi soir, à des journalistes en marge d’un rassemblement militant de Québec solidaire à Québec.

Après un lancement en politique pour le moins houleux, l’ancien chroniqueur de La Presse a dit avoir été surpris par les réactions à ses propos.

Lors de la confirmation de sa candidature à l’investiture pour Québec solidaire, le 3 avril, M. Marissal avait nié avoir discuté d’une éventuelle candidature avec le PLC, comme l’affirmait le chroniqueur politique Bernard Drainville.

Dans la circonscription de Rosemont, à Montréal, M. Marissal affronterait le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, lors des élections générales à l’automne.

Deux jours après l’annonce de l’ancien chroniqueur, M. Lisée n’avait pas hésité à dire que M. Marissal avait «spectaculairement échoué le test de vérité» à son entrée dans l’arène politique.

Mercredi, lors du rassemblement à Québec, M. Marissal a appelé à ce «qu’on passe à autre chose».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!