Archives TC Media

OTTAWA — La Société des obstétriciens et gynécologues (SOGC) souhaite prévenir les femmes enceintes ou allaitant des dangers potentiels de la consommation de cannabis.

L’organisation rappelle les études fondées sur des données probantes indiquant que la consommation de cannabis pendant la grossesse et l’allaitement peut causer des problèmes de croissance et de développement à court et à long terme.

Ces problèmes incluent la naissance avant terme, le faible poids à la naissance, un quotient intellectuel inférieur et de l’hyperactivité et de l’impulsivité durant l’enfance.

Le groupe note que le principal ingrédient psychoactif du cannabis, le THC, traverse le placenta et peut s’accumuler dans les tissus fœtaux et dans le lait maternel. La façon de consommer le cannabis (vapoté, fumé, mangé, pris sous forme de comprimé ou appliqué sur la peau) n’y change rien, ajoute-t-il.

L’organisation a dévoilé sa campagne de sensibilisation le 20 avril, une date associée au militantisme pro-cannabis. La campagne inclut deux vidéos et du matériel sur Facebook, Instagram et YouTube.

Le groupe de médecins mentionne également des recherches qui avancent que 70 pour cent des femmes, enceintes ou non, croient que la consommation de cannabis une ou deux fois par semaine pendant la grossesse présente un «risque faible» ou «aucun risque».

«Si le cannabis devient un produit qui peut être acheté cet été, il est important que la population, en particulier les personnes vulnérables comme les femmes enceintes, connaisse les risques pour la santé», indique la Dre Jennifer Blake, directrice générale de la SOGC, dans un communiqué publié vendredi.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!