MONTRÉAL — Le président de MDA, le constructeur du bras canadien, assure que l’installation du siège social de la société mère de l’entreprise aux États-Unis n’aura aucun impact sur les emplois au Canada.

En octobre 2017, MacDonald Dettwiler and Associates, une entreprise établie à Richmond, en Colombie-Britannique, était devenue Maxar Technologies après avoir fait l’acquisition de DigitalGlobe, une société américaine spécialisée dans l’imagerie satellite.

Le siège social de Maxar, qui se trouvait à San Francisco, a récemment déménagé à Westminster, au Colorado.

Après l’achat, MacDonald Dettwiler and Associates avait décidé de changer son nom pour «MDA».

Cette acquisition était survenue presque 10 ans après que le gouvernement conservateur de Stephen Harper eut mis un frein à la vente de la division de technologie spatiale de MacDonald Dettwiler et Associates à Alliant Techsystems, une entreprise américaine, en 2008.

Le ministre de l’Industrie de l’époque, Jim Prentice, avait déclaré ne pas être convaincu que la vente serait profitable pour le Canada.

Mike Greenley, l’actuel patron de MDA, soutient que la société a fait preuve de transparence et a ouvertement discuté de sa décision d’installer son siège social de l’autre côté de la frontière.

M. Greenley supervise toutes les divisions de MDA et ses 1900 employés canadiens.

«Rien n’a bougé et rien ne bouge», a-t-il indiqué en entrevue avec La Presse canadienne.

«Mon travail, c’est de diriger l’entreprise et de favoriser sa croissance au Canada et pour le Canada, et d’exporter depuis le Canada vers le reste du monde.»

Les activités de MDA au Canada comprennent ses installations de surveillance et de renseignement de sécurité à Richmond, Ottawa et Halifax, ses usines de robotique et d’automatisation à Brampton, en Ontario, ainsi que ses sous-systèmes satellites à Montréal.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!