Getty Images/iStockphoto

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) s’est fait remettre, dimanche matin, un couteau qui a été découvert par un citoyen dans l’arrondissement de Charlesbourg.

L’agent aux communications du SPVQ, Étienne Doyon, a affirmé qu’il était «beaucoup trop tôt» pour déterminer s’il existe un lien entre cet objet et la mort de la petite Rosalie Gagnon.

Cette fillette de 2 ans a récemment été tuée à l’aide d’une arme blanche et dont le corps a été trouvé dans un bac à ordures en milieu de semaine.

M. Doyon a soutenu que le couteau fera l’objet d’une batterie de tests.

Selon lui, ces analyses permettront notamment d’établir si l’objet présente des traces d’A.D.N. ou encore des empreintes digitales.

Étienne Doyon n’a pas voulu se prononcer sur la taille ou encore sur la nature du couteau.

«Je vais me faire assez avare de détails étant donné que l’enquête policière est toujours en cours», a-t-il déclaré dans le cadre d’une entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

Il a ensuite pris le soin de remercier le citoyen qui a remis le couteau aux policiers.

Il a conclu en invitant le public à fournir aux forces de l’ordre tout objet qui pourrait potentiellement avoir un lien avec la mort de l’enfant.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!