FREDERICTON — Comme il l’a fait récemment avec les pêcheurs de crabe, le gouvernement fédéral impose des mesures plus strictes aux pêcheurs de homard dans le golfe du Saint-Laurent afin de protéger les baleines noires de l’Atlantique Nord, une espèce gravement menacée.

Les biologistes ont recensé l’an dernier 18 décès de ces baleines franches dans les eaux canadiennes et américaines — la plupart heurtées par un navire ou empêtrées dans des engins de pêche. Il ne reste plus qu’environ 450 baleines noires de l’Atlantique Nord sur la planète, et plusieurs viennent passer l’été dans le golfe du Saint-Laurent pour se nourrir. Moira Brown, scientifique auprès de l’Institut canadien des baleines, estime que si la tendance se maintient, l’espèce sera virtuellement éteinte d’ici 25 ans.

Les nouvelles mesures annoncées mardi par Pêches et Océans Canada prévoient notamment des restrictions sur les cordages. Les pêcheurs de homard ne pourront plus laisser flotter à la surface de l’eau la corde qui relie à une bouée un casier à homard immergé.

Les détenteurs de permis devront par ailleurs déclarer les engins perdus, dans le but de quantifier leur nombre chaque année et de déterminer «le besoin d’augmenter les efforts pour les récupérer».

Enfin, les pêcheurs de homard devront désormais signaler toute «interaction» avec un mammifère marin, incluant une capture accidentelle ou une collision, mais aussi toute observation de mammifères marins empêtrés qui se produisent pendant leurs expéditions de pêches.

Lorsque la présence de baleines noires de l’Atlantique Nord sera observée, le ministère fermera des zones de pêche pour une période minimale de 15 jours; cette période sera prolongée pour 15 jours à partir de la dernière observation.

Par ailleurs, Pêches et Océans appliquera une «fermeture statique» dans une zone où 90 pour cent des observations de baleines noires de l’Atlantique Nord ont eu lieu en 2017, «afin de libérer une grande zone d’engins de pêche». La fermeture sera en vigueur à partir de samedi prochain — ou plus tôt, si la présence de baleines noires de l’Atlantique Nord est observée. «Cette mesure pourrait être adaptée au besoin pendant la saison», indique le ministère.

Des mesures semblables avaient été annoncées il y a un mois pour la pêche au crabe.

La députée fédérale de Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest, Karen Ludwig, a déposé lundi un projet de loi d’initiative parlementaire qui demande qu’un comité des Communes étudie le sort de toutes les espèces de baleines qui nagent dans les eaux canadiennes — les baleines noires mais aussi les bélugas et les épaulards, par exemple.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!