OTTAWA — L’avenir du député Erin Weir au sein du Nouveau Parti démocratique (NPD) semble toujours incertain même si un rapport indépendant sur les allégations de harcèlement dont il fait l’objet est entre les mains du chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, depuis une semaine.

Le député a été suspendu de ses fonctions de porte-parole en matière de services publics et d’approvisionnement en février. Il est toujours membre du caucus néo-démocrate.

Le député de Regina-Lewvan, en Saskatchewan, qui est visé par des allégations de harcèlement envers des employées de son parti, a toujours soutenu qu’il n’avait rien à se reprocher.

Questionné par les journalistes mercredi sur ce qu’il adviendrait de M. Weir, le chef néo-démocrate s’est contenté de dire qu’il suivrait «le processus» sans pouvoir expliquer en quoi il consiste.

Un attaché au bureau de M. Weir n’a pas voulu dire si le député avait été informé des conclusions du rapport qui n’ont pas été rendues publiques. Jagmeet Singh ne s’est pas engagé à le rendre public et a indiqué qu’il allait suivre les conseils de l’avocate qui l’a rédigé avant de décider s’il serait approprié de le dévoiler.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!