Archives Métro

QUÉBEC — Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a déposé mardi le projet de loi 185, qui reporterait les élections scolaires à 2020.

Pour l’heure, celles-ci doivent se tenir le 4 novembre 2018, une date beaucoup trop près des élections provinciales, estime-t-il.

Historiquement, le taux de participation aux élections scolaires est famélique; en 2014, pour l’ensemble du Québec, il se situait sous la barre des cinq pour cent.

Alors qu’il était de 4,85 pour cent chez les francophones, il atteignait cependant 17,26 chez les anglophones.

L’année 2020 sera plus propice à la tenue d’élections scolaires, a affirmé le ministre Proulx, mardi, lors de la présentation de son projet de loi devant les journalistes.

«Nous serons en 2020 dans un espace où il n’y aura pas d’autres élections pour venir interférer avec l’élection scolaire», a-t-il dit.

Toutes les dépenses encourues cette année par les candidats aux postes électifs seront remboursées, a également précisé le ministre.

Par ailleurs, le deuxième objectif du projet de loi est d’accorder plus de temps au Directeur général des élections du Québec (DGEQ) pour qu’il mette sur pied le vote à distance.

M. Proulx déposera d’ailleurs une motion à l’Assemblée nationale — qu’il veut unanime — pressant le DGEQ de «procéder à cette analyse et de nous proposer dans un délai acceptable» un nouveau mode de votation électronique.

À ce chapitre, les élections scolaires sont un «banc d’essai», affirme le ministre, qui entrevoit la possibilité que le vote électronique soit éventuellement utilisé dans d’autres élections.

Le président de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), Alain Fortier, a accueilli favorablement le projet de loi 185, mardi.

En mêlée de presse, il a affirmé que la pièce législative répond à une demande qu’il avait formulée. «Si on souhaite la participation citoyenne, mettons tous les efforts à la fois organisationnel et social pour que ça fonctionne», a-t-il déclaré.

«Tous ceux qui ont besoin d’un petit effort pour se déplacer pour aller voter vont dire: « J’ai juste à le faire à la maison ». Moi je pense que ça va créer un petit effet d’entraînement, il va y avoir une nouveauté», a-t-il ajouté.

Le gouvernement croit possible l’adoption rapide de son projet de loi, soit avant le 15 juin. S’il est adopté, ce serait le quatrième report des élections scolaires au Québec depuis 1976.

La Coalition avenir Québec (CAQ) a fait savoir mardi qu’elle appuie le report des élections scolaires. «Cela nous permettra, une fois au pouvoir, de les abolir entre 2018 et 2020», a déclaré Ewan Sauves, un attaché de presse de la CAQ.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!