Chris Young Chris Young / La Presse Canadienne

Les chefs du Parti progressiste-conservateur et du Nouveau parti démocratique de l’Ontario ont dévoilé chacun l’une de leurs promesses majeures, mercredi. L’un veut réduire le prix de l’essence tandis que l’autre veut offrir des services de garde subventionnés, mais ils sont tous deux restés vagues quant aux détails de leur proposition.

Doug Ford, du Parti progressiste-conservateur, promet de réduire le prix du litre d’essence de 0,10 $, s’il prend le pouvoir. Il n’a cependant pas précisé comment il compte compenser la perte de revenus qu’entraînerait cette mesure.

Son plan prévoit de réduire la taxe provinciale sur l’essence de 0,057 $ le litre et d’éliminer le programme de plafonnement et d’échange sur les émissions de gaz à effet de serre qui coûte aux automobilistes 0,043 $ par litre d’essence.

Sa seule réponse pour expliquer comment remplacer ces quelque 3,19 milliards $ en revenus annuels perdus pour le gouvernement a été d’affirmer que la province «ne peut pas se permettre de ne pas le faire».

Au même moment, la chef néo-démocrate Andrea Horwath n’a pas voulu s’avancer sur ce que devraient payer les familles dont le revenu dépasse 40 000 $ pour faire garder leurs enfants selon son plan pour les services à la petite enfance.

Le NPD propose de subventionner entièrement un service de garde public, certifié, à but non lucratif, pour les enfants de familles à faible revenu, s’il est porté au pouvoir le mois prochain.

Les familles dont le revenu annuel dépasse 40 000 $ devraient payer en moyenne 12 $ par jour, mais le parti n’a pas fourni de détails sur sa grille tarifaire selon les niveaux de revenus ni sur le coût maximal par enfant.

Andrea Horwath a été interrogée plusieurs fois sur les détails des tarifs des services de garde, mercredi, mais elle s’est contentée de répondre qu’il s’agissait d’une «échelle variable».

«À un certain point, les revenus d’une personne sont assez élevés pour qu’elle n’ait pas besoin de subvention ou de toute forme d’aide pour payer son service de garde», a-t-elle répondu, sans indiquer à partir de quel revenu cela s’appliquerait.

«L’objectif est de fournir des services de garde abordables, de qualité, sans but lucratif, pour la grande majorité des familles qui en ont besoin», a soutenu la chef du NPD ontarien.

Le plan néo-démocrate pour la petite enfance prévoit aussi une hausse salariale pour les éducateurs et l’ajout de 202 000 nouvelles places dans des garderies à but non lucratif, certifiées et abordables.

De son côté, la chef du Parti libéral, Kathleen Wynne, a occupé sa journée de campagne à dresser son bilan en économie, soutenant que depuis l’arrivée des libéraux au pouvoir en 2003, il s’est créé un million d’emplois en Ontario.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!