Archives Métro

MONTRÉAL — Une entente de principe en vue du renouvellement de la convention collective est intervenue, jeudi soir, dans deux des six Résidences Soleil où une menace de grève illimitée planait.

Les travailleurs visés sont des préposés aux bénéficiaires, surtout, mais aussi des employés aux cuisines et à l’entretien ménager.

L’entente a ainsi été conclue, en conciliation, entre la direction de ces résidences privées pour personnes âgées du Groupe Savoie et le syndicat des Teamsters, affilié à la FTQ.

L’entente de principe concerne les Résidences Soleil de Boucherville et Pointe-aux-Trembles, où les membres de la section locale 106 du syndicat des Teamsters prévoyaient faire une grève illimitée d’ici deux à trois semaines.

Avant que la menace de grève soit définitivement écartée, toutefois, l’entente devra être soumise aux syndiqués des deux résidences concernées, au cours d’assemblées générales qui seront tenues «au cours des prochains jours», a fait savoir Stéphane Lacroix, directeur des communications et des affaires publiques au syndicat des Teamsters, vendredi.

«Pour l’instant, on ne peut pas présumer si la menace de grève est levée ou non, parce que c’est aux membres à décider s’ils acceptent ou non les propositions patronales. Cependant, il est possible, effectivement, que ces travailleurs et travailleuses-là décident de ratifier les offres patronales, donc de réduire le nombre de Résidences Soleil qui pourraient être en grève», a affirmé M. Lacroix.

Il n’a pas voulu dévoiler le contenu de l’entente de principe, préférant en garder la primeur pour les membres du syndicat — comme c’est habituellement le cas en pareille circonstance.

La question des salaires est au coeur de la négociation, de même que la charge de travail. Ces préposés aux bénéficiaires touchent entre 14 $ et 15 $ l’heure, alors que le salaire minimum au Québec vient d’être établi à 12 $ l’heure le 1er mai. Le syndicat fait valoir qu’un écart de 6 $ l’heure existe entre les préposés aux bénéficiaires qu’il représente et leurs pairs dans le secteur public. Il revendique de ramener cet écart à 3 $ l’heure.

Grèves toujours en vue

Pendant ce temps, la menace plane toujours sur les autres Résidences Soleil visées par le même mandat de grève illimitée, soit celles de Laval, Granby, Saint-Laurent et Saint-Hilaire. Le mandat de grève avait été appuyé dans des proportions variant de 77 à 99 pour cent, selon la résidence.

Le syndicat évoquait 300 travailleurs potentiellement en grève lorsqu’il était question des six résidences.

Dans le cas des quatre autres résidences privées pour aînés, les négociations ont toutefois toujours cours, dans l’espoir d’éviter la grève. «Il y a des rencontres de conciliation qui sont prévues la semaine prochaine. Ce sont des rencontres de dernière chance», a prévenu M. Lacroix.

S’il devait y avoir débrayage, les services essentiels seraient assurés, même s’il s’agit de résidences privées. Les parties doivent alors s’entendre sur une liste de services essentiels à maintenir et le Tribunal administratif du travail doit entériner le tout.

Les conventions collectives sont échues depuis huit ou neuf mois.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!