THE CANADIAN PRESS Doug Ford

TORONTO — Doug Ford a déclaré vendredi qu’il travaille avec le gouvernement libéral sortant afin d’assurer un passage du pouvoir en douceur. Le nouveau premier ministre élu de l’Ontario prévoit avoir besoin de trois semaines pour compléter le processus.

Il a, par ailleurs, dévoilé la composition de son équipe de transition, on y retrouve l’ex-ministre fédéral John Baird, un ex-chef de cabinet dans le gouvernement fédéral de Stephen Harper et un membre de la direction de l’entreprise familiale des Ford.

Le chef progressiste-conservateur, qui a remporté une majorité de sièges avec une série de promesses populistes, a déjà fait savoir que son premier geste posé à titre de premier ministre sera d’examiner les livres comptables de la province.

Il souhaite donner un mandat de vérification comptable à une firme externe afin d’inspecter chaque ligne des livres de compte.

«Nous devons connaître la situation financière qui nous est léguée, et vous aurez des nouvelles de nous dans les prochains jours ou semaines, mais le plus important c’est de remettre de l’ordre dans les finances», a commenté M. Ford.

Une fois l’audit complété, Doug Ford soutient avoir l’intention de tenir chacune de ses promesses électorales, incluant celles de réduire les taxes, de diminuer les tarifs d’électricité et d’abolir le système de plafonnement et d’échange de droits d’émission de carbone.

«Après une campagne électorale difficile, on sait que le dur labeur ne fait que commencer, mais on a l’intention d’agir rapidement», a indiqué M. Ford.

«Nous sommes partis sur les chapeaux de roue. On a déjà amorcé le travail de mettre sur pied un cabinet de premier ministre, de former un cabinet de ministres et de mettre en oeuvre la mécanique d’un nouveau gouvernement», a précisé le prochain premier ministre de la province.

Le premier ministre élu a toutefois refusé de préciser quand ses promesses vont se concrétiser, ni comment il entend abolir le programme de marché du carbone. Il n’a pas voulu commenter non plus s’il allait faire adopter une loi forçant le retour au travail à l’Université York, à Toronto, où une grève perdure depuis le mois de mars.

Doug Ford a rencontré le lieutenant-gouverneur de l’Ontario, vendredi après-midi, qui lui a officiellement demandé de former le nouveau gouvernement conformément à la procédure.

Les progressistes-conservateurs ont raflé 76 sièges contre 40 pour le Nouveau parti démocratique et seulement sept pour le Parti libéral. Le Parti vert a fait élire un tout premier député, son chef Mike Schreiner.

Doug Ford ne s’est pas prononcé sur son intention de réduire le seuil nécessaire pour obtenir le statut de parti officiellement reconnu au parlement ontarien afin d’accommoder le Parti libéral.

Le seuil est actuellement fixé à huit sièges. Au terme du scrutin de jeudi, les libéraux de l’Ontario sont passés d’une majorité au pouvoir à seulement sept sièges de députés.

Solidaire avec Trudeau

Le nouveau premier ministre élu de l’Ontario, Doug Ford, dit avoir informé le premier ministre du Canada qu’il serait à ses côtés pour le soutenir dans la dispute commerciale avec les États-Unis.

Le premier ministre Justin Trudeau et le président des États-Unis Donald Trump ont échangé des mots durs à la suite de l’imposition de lourds tarifs douaniers américains sur l’acier et l’aluminium en provenance du Canada, du Mexique et de l’Europe. Le Canada a répliqué avec un plan qui prévoit l’imposition de surtaxes sur les produits américains de métal et certains biens de consommation.

Doug Ford a été interrogé sur ce qu’il pense de la manière dont le président Trump gère les enjeux commerciaux au lendemain de la victoire du Parti progressiste conservateur aux élections ontariennes, jeudi.

Il a répondu avoir assuré Justin Trudeau de sa solidarité face au voisin du sud. Il se dit «très sincère» sur cette question et souhaite travailler main dans la main avec le premier ministre fédéral.

En mêlée de presse à Québec, le premier ministre Philippe Couillard semblait satisfait que le premier ministre élu reconnaisse l’importance de la relation économique entre les deux provinces.

«Je veux rappeler l’importance économique primordiale de notre relation, cette notion d’un Canada central fort, qui constitue, le Québec et l’Ontario, 70 pour cent de l’économie, où nous sommes chacun le partenaire principal de l’autre. C’est une question majeure et il (M. Ford) est entièrement d’accord là-dessus, de continuer le même niveau d’échanges économiques et de relations», a-t-il déclaré.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!