Matt Rourke/AP

TORONTO – Facebook a démenti catégoriquement, lundi, qu’un problème informatique sur son site a conduit à la publication de messages privés de ses utilisateurs sur leur profil public.

Des utilisateurs du réseau social provenant de plusieurs pays ont constaté lundi que des messages privés datant d’années antérieures — entre 2007 et 2009 pour la plupart — étaient publiés directement sur leur profil public, et donc visibles par des tiers. Ces utilisateurs ont largement partagé leur stupéfaction sur les réseaux sociaux et ont indiqué la marche à suivre pour que ces messages ne soient plus publiés sur leur profil.

Facebook a toutefois soutenu lundi qu’une enquête avait démontré qu’il n’en était rien.

«Une minorité d’utilisateurs de Facebook s’est inquiété en voyant s’afficher des messages qu’ils pensaient privés sur leur Journal («Timeline»). Les ingénieurs de Facebook ont analysé ces requêtes et confirmé que les messages en question étaient des anciennes publications, visibles précédemment sur leur profil», peut-on lire dans un communiqué diffusé par Facebook.

Le géant des médias sociaux a ajouté que les membres confondaient peut-être des messages publics mis en ligne sur leur mur avec des messages privés. Il s’est dit «satisfait qu’aucune brèche de la confidentialité ne s’est produite».

Environ 900 millions de personnes à travers le monde, dont et 18 millions au Canada, ont un compte Facebook.

La commissaire canadienne à la vie privée, Jennifer Stoddart, a déjà critiqué Facebook pour le peu de contrôle que le réseau social laisse à ses usagers en ce qui a trait aux données personnelles mises en ligne.

Un porte-parole du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a indiqué lundi que le bureau de Mme Stoddart analysait les plaintes des utilisateurs.

«Si c’est vrai, ce serait troublant mais on n’est toujours pas certains de ce qui s’est produit», a indiqué Anne-Marie Hayden.

«Nous nous penchons sur le dossier, même si nous n’avons toujours pas lancé d’enquête formelle. Nous voulons rencontrer des représentants canadiens de Facebook pour leur demander leur point de vue, et nous allons porter attention à la situation.»

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!