Justin Tang / La Presse canadienne

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau ne veut pas «jouer à la politique» autour de la mesure controversée aux États-Unis qui consiste à séparer les enfants migrants de leurs parents lorsqu’ils franchissent illégalement la frontière américaine.

En avril et en mai, près de 2000 enfants migrants arrivés du Mexique à la frontière américaine ont été ainsi séparés de leur famille, lorsque le procureur général, Jeff Sessions, a mis en place une nouvelle politique de «tolérance zéro» face à l’immigration illégale.

Le gouvernement américain est l’objet depuis quelques jours de vives critiques concernant cette politique de «tolérance zéro»; le haut-commissaire aux droits de l’homme des Nations unies, Zeid Ra’ad Al Hussein, a qualifié lundi cette pratique d’«inadmissible».

Le président américain, Donald Trump, a déclaré lundi qu’il empêcherait les États-Unis de devenir «un camp de migrants», tout en accusant les démocrates d’être responsables de la situation.

Pendant la période des questions aux Communes, lundi, le député néo-démocrate Guy Caron a demandé au premier ministre s’il croyait toujours que les États-Unis représentaient un tiers pays sûr pour les demandeurs d’asile.

«La pratique de l’administration Trump est inhumaine et fait porter sur les enfants le fardeau de conflits politiques internes», a lancé M. Caron. «L’Organisation des Nations unies dénonce aujourd’hui la situation et exhorte Washington à cesser immédiatement cette pratique cruelle et inhumaine. J’ai une question simple pour le premier ministre. Est-ce qu’il croit toujours que les États-Unis représentent un tiers pays sûr pour les demandeurs d’asile?»

M. Trudeau a répondu qu’il ne ferait pas de politique sur la question, affirmant qu’en tant que premier ministre, il doit défendre les valeurs canadiennes mais aussi maintenir une relation constructive avec les États-Unis.

«Nous ne jouerons pas à la politique là-dessus: c’est une situation extrêmement difficile et nous reconnaissons à quel point c’est important de (ne) pas mêler les choses», a-t-il soutenu. «Les Nations unies ont déterminé que pour les demandeurs d’asile, les États-Unis demeurent un tiers parti sûr (sic), mais en même temps, nous nous devons de faire plus pour protéger les gens vulnérables qui sont en migration à travers le monde.»

De son côté, le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a rappelé qu’au Canada, les enfants d’immigrants et de réfugiés ne sont détenus qu’en dernier recours, et que de nouvelles mesures seront bientôt mises en place pour offrir des solutions de rechange à la détention de migrants en attente d’une décision sur leur statut.

Des préoccupations ont été soulevées par le passé au sujet du nombre d’enfants migrants détenus chaque année par les autorités frontalières canadiennes. L’année dernière, 162 mineurs ont ainsi été détenus ou logés avec leurs parents dans un Centre de surveillance de l’immigration.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!