David Kawai David Kawai / La Presse Canadienne

OTTAWA — Une juge fédérale a approuvé, lundi, un accord historique visant à indemniser les membres de l’armée et d’autres agences fédérales qui ont fait l’objet d’une enquête et qui ont parfois été renvoyés en raison de leur orientation sexuelle.

Les personnes présentes dans la salle d’audience à Ottawa ont crié de joie et ont échangé des accolades lorsque la juge Martine St-Louis, de la Cour fédérale, a annoncé sa décision après avoir entendu les témoignages de certains membres de l’action collective.

Certains anciens combattants gais ont déclaré à la juge qu’ils avaient été interrogés, harcelés et espionnés en raison de leur orientation sexuelle.

Des sanglots étouffés ont été entendus dans la salle alors que des hommes et des femmes se relayaient au micro pour raconter comment le fait d’être gai ou lesbienne avait fait d’eux des ennemis de leur propre pays.

Un règlement à l’amiable sur cette action collective avait été conclu avec le fédéral en novembre, quelques jours seulement avant que le gouvernement ne présente ses excuses pour la discrimination subie par ces personnes.

Le gouvernement Trudeau versera jusqu’à 110 millions $ pour dédommager les militaires et les employés d’autres agences fédérales dont la carrière a été perturbée ou a pris fin en raison de leur orientation sexuelle. Chaque personne admissible recevra une somme allant de 5000 $ à 175 000 $.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!