HALIFAX — Un policier militaire de Halifax accusé d’agression sexuelle sur une officière a témoigné en cour martiale que la victime alléguée ne s’est jamais opposée durant la relation sexuelle qu’il croyait consentante.

Le sergent Kevin MacIntyre s’est présenté à la barre pour sa propre défense, jeudi, lors d’une audience en cour martiale.

Kevin MacIntyre a plaidé non coupable à une accusation d’agression sexuelle à la suite d’un événement qui se serait produit le 27 septembre 2015, dans un hôtel de Glasgow en Écosse, lors d’un exercice de la Marine royale canadienne.

La plaignante a déclaré lundi devant le comité militaire de cinq hommes qu’elle avait répété «Non» plusieurs fois au sergent Kevin MacIntyre, et avait dû retirer de 10 à 15 fois les mains du sergent de ses parties génitales.

Jeudi, l’avocat de la défense David Bright a demandé à son client ce qu’il avait à dire concernant les allégations de la plaignante qui lui aurait répété «non, non, non».

«Elle ne m’a jamais dit non une seule fois», a répondu l’accusé.

Il a nié que la plaignante lui a demandé d’arrêter parce qu’il lui faisait mal et a affirmé qu’il croyait qu’elle était consentante.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!