DANIEL MOREL / La Presse Canadienne

GAO, Mali — Une douzaine de casques bleus canadiens ont atterri à la base des Nations unies au Mali, dimanche matin.

Leur arrivée marque le début officiel d’une mission d’un an dans cet État d’Afrique occidentale et d’une nouvelle ère dans la longue tradition canadienne de maintien de la paix.

Le contingent d’une douzaine de militaires s’est rendu près de la ville dévastée de Gao, au nord du pays, à bord d’un avion Hercules. Ceux-ci doivent préparer l’accueil de l’ensemble des membres canadiens de la force de maintien de la paix dont l’arrivée est prévue dans les prochaines semaines.

Le chef d’état-major de la défense Jonathan Vance était sur place avec plusieurs officiers pour soutenir les douze premiers membres de la mission à débarquer sur le chaud tarmac malien.

Le général Jonathan Vance a d’ailleurs pris part samedi à des rencontres à Bamako avec des hauts dirigeants maliens et des représentants des Nations unies.

Le gouvernement libéral a mobilisé deux hélicoptères de transport Chinook et quatre Griffon pour des évacuations d’urgence. Un appareil supplémentaire de chaque modèle sera aussi déployé par les Forces armées canadiennes afin de prévenir tout bris mécanique dans ce climat désertique où la chaleur et la poussière compliquent les déplacements.

Au total, la mission compte environ 250 militaires canadiens qui vont s’installer dans un campement allemand en périphérie de Gao. À partir de cette base, les hélicoptères vont surveiller un large territoire en conflit.

Les militaires et leur équipement devraient arriver sur place graduellement d’ici la fin du mois d’août.

La principale mission des casques bleus est de procéder aux évacuations médicales d’urgence aux centaines de soldats de maintien de la paix dans le nord et le centre du pays.

Un fragile accord de paix entre des groupes armés et le gouvernement tient toujours, mais de nombreux groupuscules continuent de s’affronter et d’attaquer les forces du gouvernement et les forces internationales.

Le déploiement des casques bleus au Mali est l’aboutissement d’années de promesses du gouvernement libéral.

La mission se concrétise toutefois au coeur d’un débat politique et au moment où l’on s’interroge à savoir s’il y a véritablement une paix à maintenir dans le pays.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!