Josie Desmarais Amir Khadir et Ruba Ghazal

MONTRÉAL — Il ne faut pas seulement se préoccuper de la dette financière que le Québec d’aujourd’hui léguera aux générations futures, mais aussi de la dette environnementale qui plombera leur avenir, estime Ruba Ghazal.

Celle qui défendra les couleurs de Québec solidaire dans la circonscription montréalaise de Mercier, au cours des prochaines élections provinciales, demande que les dossiers environnementaux soient traités sur le plan des générations, et non plus de mandat de quatre ans en mandat de quatre ans.

Si elle est élue pour succéder à Amir Khadir le 1er octobre, Ruba Ghazal deviendrait la porte-parole de Québec solidaire en matière d’environnement.

La politicienne âgée de 40 ans présentera, dans les prochaines semaines, le plan de transition énergétique de la formation politique de gauche; un plan qu’elle décrit comme étant «ambitieux» et qui devrait permettre d’atteindre une cible de réduction des gaz à effet de serre de 50 pour cent d’ici 2030.

Selon Mme Ghazal, l’environnement sera le thème porteur de la campagne de Québec solidaire.

«On veut que la question environnementale et la question de la transition énergétique soient au coeur de la campagne», explique-t-elle.

La militante de longue date de Québec solidaire, qui est toutefois peu connue du public, a fait carrière dans le domaine de la gestion environnementale pour de grandes entreprises.

«Ça fait 15 ans que je travaille dans le domaine de l’environnement, fait-elle valoir. Je me rends compte que ce que le gouvernement fait, ce n’est pas suffisant. Il faut vraiment changer les pratiques. Je crois profondément qu’on peut le faire à l’Assemblée nationale, parce que ça urge.»

Bien que la circonscription de Mercier soit entre les mains de Québec solidaire depuis 2008, Ruba Ghazal dit ne rien tenir pour acquis.

«On va travailler très fort pour garder nos trois sièges actuels et pour en gagner d’autres», insiste-t-elle, en citant notamment les circonscriptions montréalaises d’Hochelaga-Maisonneuve et de Laurier-Dorion qui pourraient tanguer vers la gauche le 1er octobre.

Celle qui a immigré au Québec à l’âge de 10 ans ne craint pas un balayage de la Coalition avenir Québec.

«J’ai hâte que commence la campagne et que les gens écoutent les propositions et qu’ils voient ce qu’ils sont en train de proposer, mentionne-t-elle. Ils vont voir que c’est « blanc bonnet, bonnet blanc » par rapport au Parti libéral, surtout en matière environnemental. On n’est vraiment pas à l’avant-garde.»

 

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!