Getty Images/iStockphoto Le parc national des Lacs-Waterton, en Alberta.

OTTAWA — La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, a affirmé que le Canada est déterminé à respecter sa promesse de protéger environ un sixième de ses terres et ses cours d’eau, mais n’a pas voulu dire si le gouvernement a établi un plan pour y parvenir.

Si un tel plan existe, il n’a pas été dévoilé, jeudi, à la suite d’une rencontre entre Mme McKenna et ses homologues des provinces et des territoires à Ottawa, bien qu’elle ait affirmé que des progrès avaient été réalisés dans l’identification de cibles possibles de protection.

Mme McKenna a aussi affirmé qu’une partie de la somme de 1,3G$ pour la protection d’espaces naturels annoncée dans le plus récent budget commencerait à circuler cet été, avec de l’argent disponible pour les provinces, les territoires, les gouvernements autochtones et les organismes à but non lucratif pour faire avancer des projets de protection dont les contours ont déjà été déterminés.

Huit années sont passées depuis que le Canada s’est engagé en vertu de la Convention sur la diversité biologique des Nations unies à protéger 17% de ses terres et ses eaux douces d’ici 2020. Il y a un an, la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) a prévenu que le Canada traînait de la patte par rapport à la majorité des parties prenantes dans le monde dans le respect de cet objectif.

Le Canada doit encore trouver le moyen de protéger environ 650 000km2 de terres – une superficie à peu près équivalente au territoire de la Saskatchewan – et le processus pour établir des terres protégées peut être long et complexe.

Alison Woodley, directrice nationale de la conservation au SNAP, a affirmé que la rencontre de jeudi et le fait que l’argent commence à circuler représentent des pas dans la bonne direction, bien qu’il y a un long chemin à parcourir.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!