Métro

OTTAWA — La majorité des victimes de la traite de personnes au Canada sont des filles et des femmes âgées de moins de 25 ans, alors que la plupart des individus accusés relativement à ce crime sont des hommes âgés de 18 à 34 ans, selon un nouveau rapport de Statistique Canada.

Le rapport, qui s’appuie sur les déclarations des services de police, indique que le nombre de cas de traite de personnes en 2016 est le plus élevé à avoir été enregistré depuis que la cueillette de données sur le sujet s’est amorcée en 2009.

De 2009 à 2016, 865 victimes de la traite de personnes ont été rapportées aux autorités. Sur le lot, 95 pour cent étaient de sexe féminin et 72 pour cent avaient moins de 25 ans.

Selon le rapport, plus du quart des victimes avaient moins de 18 ans et un tiers étaient arrivées d’un autre pays.

Les données correspondent seulement aux dossiers de traite de personnes déclarées à la police, ce qui signifie que le nombre réel de victimes est probablement beaucoup plus élevé puisque ce type de crime n’est souvent pas signalé.

Un comité parlementaire a récemment conclu une étude sur la traite de personnes. Un porte-parole du ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a révélé qu’une nouvelle stratégie nationale visant à lutter contre ce phénomène complexe était en cours d’élaboration.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!