Christopher Katsarov/La Presse canadienne

TORONTO — La police de Toronto a augmenté ses effectifs au centre-ville, jeudi, après avoir reçu des informations concernant un «risque potentiel».

Tous les lieux publics de ce secteur achalandé, y compris la tour CN, restaient ouverts.

La police n’a pas voulu préciser la nature du risque ou ce que les agents recherchent, mais a soutenu que la situation et les interventions étaient en quelque sorte une procédure de routine.

«Chaque fois que nous avons connaissance d’un risque potentiel, nous prenons cela au sérieux», a déclaré un haut responsable de la police de Toronto, Michael Barsky, devant les journalistes. «La présence de la police dans ce secteur vise simplement à garantir que le public puisse profiter de cette zone et s’y rendre sans entrave et sans souci.»

Plus tôt jeudi, la police avait écrit sur Twitter que la présence policière accrue au centre-ville de la métropole canadienne était attribuable à une «information non confirmée et non corroborée» concernant la grande région de Toronto.

Plusieurs médias ont rapporté jeudi avoir reçu une note de service interne de la police de Toronto indiquant que les agents avaient obtenu «des informations crédibles concernant une attaque potentielle par un véhicule dans le secteur de la tour CN». La police de Toronto a refusé de commenter le contenu de cette note, mais a déclaré qu’il s’agissait d’un «projet de plan opérationnel» qui n’a jamais été approuvé.

«Nos agents ont reçu l’information la plus à jour et la plus précise ce matin, tout comme le public», a déclaré une porte-parole de la police, Meaghan Grey. «Notre intervention policière actuelle au centre-ville est appropriée compte tenu de l’information dont nous disposons.»

Nervosité et confusion

Le message de la police sur Twitter a suscité de la nervosité et de la confusion chez plusieurs Torontois.

«Je crois que c’est quelque peu affolant, car vous savez qu’il y a une menace, mais vous ne savez pas de quoi il s’agit», a souligné Nida Rafiq, qui travaille près de la station de métro Union, ajoutant qu’elle s’était sentie «paranoïaque» étant donné le peu d’information fournie par la police.

D’autres résidants ont fait état de leur nervosité sur les médias sociaux.

«La police ne dit rien et… nous effraie», a écrit une personne.

M. Barsky, qui a pris la parole lors d’un point de presse environ deux heures après le micromessage de la police, a dit comprendre les commentaires du public.

«Si nous avions plus de détails ou si nous pouvions fournir plus d’éléments spécifiques, nous serions certainement proactifs là-dessus. Je ne peux pas spéculer sur la manière dont les gens vont interpréter notre message», a-t-il fait valoir.

En milieu de journée, des familles, des groupes de visiteurs et des commerçants se pressaient au pied de la tour CN. Plusieurs passants disaient ne pas avoir entendu parler de la présence policière accrue.

Une poignée d’agents de la Force opérationnelle d’urgence étaient déployés au sud de la tour CN. Des agents à vélo patrouillaient autour du centre Rogers, et des véhicules de police étaient postés aux intersections.

Dans la région de York

La Police régionale de York a également déclaré que le public devait s’attendre à une présence policière accrue dans la région au nord de Toronto par mesure de «précaution», a indiqué une porte-parole, Laura Nicolle, dans un communiqué.

«Nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires des services d’urgence de l’ensemble de la grande région de Toronto pendant que nous enquêtons et répondons aux informations que nous avons reçues», a ajouté Mme Nicolle.

Une forte présence policière était également visible jeudi au parc d’attractions Canada’s Wonderland à Vaughan, au nord de Toronto.

«Nous encourageons le public à être vigilant et à signaler toute activité suspecte à la police», a dit Mme Nicolle.

Le bureau du premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a déclaré être au courant des informations «non confirmées» concernant une menace potentielle à Toronto et a dit surveiller activement la situation.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a écrit sur Twitter que les autorités fédérales étaient au courant de la situation et prêtes à intervenir si nécessaire.

Le maire de Toronto, John Tory, a lui aussi été mis au courant et continue de suivre la situation de près.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!