Darren Calabrese Darren Calabrese / La Presse Canadienne

L’avenir de la société d’État ontarienne d’électricité demeure une fois de plus incertain, après qu’une intervention politique eut provoqué la démission de tout le conseil d’administration, 16 ans après un autre départ en bloc.

Les 14 membres du conseil d’administration de Hydro One ont démissionné la semaine dernière, dans la foulée de la retraite soudaine du dirigeant de la société, Mayo Schmidt, qui avait été surnommé «l’homme de six millions de dollars» par le premier ministre Doug Ford pendant la campagne électorale, faisant référence à son généreux salaire.

Le premier ministre Ford avait dit clairement qu’il voulait apporter des changements chez Hydro One, notamment pour diminuer les tarifs d’électricité et réduire le salaire du président et chef de la direction — et ce, même si 92 pour cent des actionnaires autres que la province avaient appuyé l’échelle salariale du dirigeant.

La décision du gouvernement pourrait toutefois s’avérer coûteuse. En intervenant politiquement et en diminuant le salaire du dirigeant, la société pourrait avoir du mal à trouver un successeur de qualité, qui voudrait bien assumer ces fonctions, a indiqué Jeremy Rosenfield, de chez Industrielle Alliance Valeurs mobilières.

La personne qui succédera à M. Schmidt devra accepter de travailler avec la province, et selon M. Rosenfield, plusieurs gens d’affaires n’accepteront pas l’ingérence politique.

Un porte-parole de Doug Ford a refusé de confirmer des informations selon lesquelles le gouvernement aurait menacé de déchirer les contrats d’emploi des membres du conseil d’administration s’ils n’acceptaient pas de négocier leur départ.

Le nouveau conseil d’administration fera face aussi à l’incertitude sur ce que le gouvernement entend faire avec ses parts dans la société, puisque le Parti progressiste-conservateur n’avait annoncé aucune stratégie en ce sens pendant la campagne, a souligné M. Rosenfield.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!