OTTAWA — Les fournisseurs de logements sociaux pour les Autochtones feront bientôt pression sur le gouvernement fédéral pour qu’il repense sa refonte du financement, car ils croient que le plan des libéraux pourrait laisser à la rue des milliers de familles à faible revenu.

Les autorités fédérales doivent entamer des consultations pour déterminer comment dépenser quelque 500 millions$ dans les prochaines années. Les ententes actuelles viendront à échéance et un nouveau modèle de financement entrera en vigueur pour subventionner les loyers.

Le gouvernement espère qu’une nouvelle façon de fonctionner rendra les fournisseurs moins dépendants de l’aide fédérale.

Bien que les fournisseurs pour les Autochtones représentent une petite partie de l’enveloppe de logements sociaux couverte par ces ententes, ceux qui travaillent dans ce secteur craignent qu’ils ne puissent pas autant se détacher des subventions du gouvernement que leurs homologues des autres territoires, qui desservent une plus grande population.

Justin Marchand, directeur principal de l’Ontario Aboriginal Housing Services, assure avoir diversifié ses sources de revenus. Mais cela prend du temps, a-t-il fait remarquer, et selon lui, il est plus facile de faire cette transition pour les grands fournisseurs, qui disposent de plus de ressources et d’argent.

Frances Sanderson, directrice principale de Nishnawbe Homes, à Toronto, croit que sans les ententes actuelles, plusieurs fournisseurs de logements pour les Autochtones devront cesser leurs activités, ce qui pourrait mettre à la rue des milliers de personnes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!