Paul Chiasson/La Presse canadienne

Québec mettra sur pied un comité indépendant pour se pencher sur le règlement à la source du conflit entre les grutiers et la Commission de la construction de la province.

À la suite d’une rencontre entre le président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Daniel Boyer, et la ministre du Travail, Dominique Vien, le cabinet de cette dernière a annoncé que l’«aspect sécuritaire» du Règlement sur la formation professionnelle de la main-d’œuvre de l’industrie de la construction sera prochainement étudié.

La grogne des grutiers prend sa source dans des modifications apportées à ce règlement. En vertu de sa nouvelle mouture, des personnes peuvent dorénavant obtenir un certificat de compétence apprenti pour le métier de grutier sans d’abord décrocher un diplôme d’études professionnelles (DEP) en conduite de grues.

Les travailleurs allèguent que cette nouvelle voie d’accès à leur métier nuira à leur propre sécurité et à celle du public.

Ils ont donc entamé une grève dans l’ensemble des chantiers du Québec le 18 juin dernier. Or, un tel débrayage concerté est illégal lorsqu’une convention collective est toujours en vigueur — et celle qui lie les associations d’entrepreneurs et les organisations syndicales n’arrivera à échéance qu’en 2021.

La Commission de la construction s’était adressée au Tribunal administratif du travail pour les forcer à réintégrer leurs postes. Elle avait obtenu l’ordonnance escomptée le jeudi 21 juin, mais les grutiers n’étaient tout de même pas rentrés au travail le lendemain. Ils ont finalement mis fin à leur grève le mardi 26 juin, après le congé de la Fête nationale.

La grande majorité des grutiers sont membres de la section locale 791G de la FTQ-Construction ou de la section locale 905 du Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International).

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!