Andrew Vaughan/La Presse canadienne

OTTAWA — Justin Trudeau convie les premiers ministres des provinces et territoires autour d’une même table, à l’automne, dans le but d’éliminer éventuellement les barrières commerciales intérieures.

Le premier ministre souhaite discuter des moyens d’encourager la croissance économique du Canada en diversifiant le commerce international et en améliorant le commerce à l’intérieur des frontières, notamment en éliminant les obstacles au commerce entre les provinces et les territoires.

M. Trudeau trouve peu logique que les entreprises étrangères aient un accès plus facile aux marchés canadiens que les entreprises canadiennes aux marchés provinciaux.

Le communiqué du cabinet du premier ministre ne précise pas la date ni le lieu de cette prochaine rencontre fédérale-provinciale. Contrairement à son prédécesseur conservateur, Stephen Harper, M. Trudeau a promis de tenir une rencontre fédérale-provinciale des premiers ministres chaque année.

Le dévoilement du thème de la prochaine rencontre intervient après que l’ambassadeur du Canada aux États-Unis, David MacNaughton, a informé les premiers ministres provinciaux et territoriaux des enjeux actuels du commerce international, lors de leur rencontre jeudi à St. Andrews, au Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement fédéral estime que le commerce intérieur représente environ 370G$, soit un peu moins d’un cinquième de la production économique globale du pays. Ottawa prévoit que la suppression des barrières au commerce interprovincial pourrait créer un avantage économique comparable à celui de l’accord de libre-échange Canada-Union européenne.

Transport interprovincial d’alcool
Un peu plus tôt jeudi, à St. Andrews, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, hôte de la rencontre du Conseil de la fédération, avait manifesté son appui à «une plus libre circulation de la bière et de l’alcool dans tout le pays».

Dans une lettre envoyée à tous les premiers ministres avant la réunion, M. Gallant avait répondu favorablement à la recommandation du premier ministre du Manitoba. Brian Pallister demandait la semaine dernière aux provinces de supprimer les barrières au transport interprovincial d’alcool à des fins personnelles.

M. Gallant soutient que les barrières au transport du vin, de la bière et des spiritueux devraient être réduites afin d’offrir plus de choix aux consommateurs et plus de marchés aux producteurs. Il estime que les Canadiens s’attendront à un geste de la part des premiers ministres sur cette question, et il assure que le Nouveau-Brunswick est disposé à prendre des mesures importantes pour emprunter cette voie.

Cette position peut surprendre, puisque le Nouveau-Brunswick a remporté en avril une longue bataille judiciaire contre le citoyen Gérald Comeau, qui avait été arrêté pour avoir transporté de l’alcool au Nouveau-Brunswick depuis le Québec, en 2012. La Cour suprême a finalement confirmé la loi du Nouveau-Brunswick qui avait permis d’infliger une amende de 240$ à M. Comeau pour ce «transport illégal».

M. Gallant a expliqué jeudi cette apparente volte-face: «C’était en fait une question de compétence, et c’est la raison pour laquelle la Direction des poursuites pénales — une agence indépendante — a décidé de porter l’affaire jusqu’en Cour suprême», a-t-il déclaré. «Nous sommes disposés à agir en tant que premiers ministres (…) afin d’assurer une plus libre circulation de la bière et de l’alcool dans tout le pays.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!