Métro

CHICAGO — L’abaissement de la pression artérielle en deçà du seuil généralement recommandé aide non seulement à prévenir les problèmes cardiaques, mais réduit également le risque de déclin mental qui conduit souvent à la maladie d’Alzheimer, selon une étude majeure.

C’est la première fois qu’on démontre qu’une seule mesure aide à prévenir une condition terrifiante que la population essaie de combattre avec des mots croisés, des suppléments alimentaires et une foule d’autres stratégies dans l’espoir de garder un esprit acéré.

Lors de cette étude, les sujets dont on a abaissé la pression systolique (le chiffre du haut) à 120, au lieu de 140, avaient 19% moins de chances de développer un trouble cognitif léger. Ils avaient également moins de signes de dommages lors d’examens du cerveau, et on a noté une tendance possible vers moins de cas de démence.

Le directeur de l’étude, le docteur Jeff Williamson de l’université Wake Forest en Caroline du Nord, a parlé d’une «grande percée». Il a dit qu’il est plus important que jamais de collaborer avec votre médecin de famille pour vous assurer que vous avez un bon contrôle de la tension artérielle.

Les résultats de l’étude ont été dévoilés lors de la conférence internationale de l’Association Alzheimer à Chicago. Ils sont considérés comme préliminaires jusqu’à leur publication, attendue plus tard cette année.

Des experts indépendants ont salué la nouvelle.

«Nous savons depuis longtemps que l’hypertension artérielle est mauvaise pour votre cœur, mais nous apprenons aussi que c’est mauvais pour votre cerveau», a déclaré James Hendrix, le directeur des initiatives scientifiques mondiales à l’Association Alzheimer.

Environ 50 millions de personnes dans le monde souffrent de démence et la maladie d’Alzheimer est la forme la plus commune. Il n’y a pas de remède, donc la prévention est cruciale.

Environ la moitié des adultes américains présentent une pression artérielle élevée en vertu des lignes directrices adoptées l’année dernière et qui définissent le problème comme une pression systolique de 130 ou plus, plutôt que 140. Une pression normale est inférieure à 120.

Une pression élevée peut endommager les vaisseaux sanguins et a longtemps été associée à un risque plus élevé de démence. Mais on ne savait pas si l’abaissement de la pression réduirait ce risque, ou de combien. L’étude financée par Washington a été conçue pour tester cela de la manière la plus rigoureuse.

L’étude a impliqué plus de 9300 personnes hypertendues. La moitié d’entre elles ont reçu deux médicaments, en moyenne, pour abaisser leur pression systolique sous le seuil de 140. Les autres ont reçu, en moyenne, trois médicaments pour atteindre une cible de 120. Pendant l’étude, la pression moyenne était de 121 dans le groupe de traitement intensif et de 135 dans l’autre groupe.

L’étude a été arrêtée en 2015, avec près de deux ans d’avance, quand il est devenu clair qu’une pression plus faible aidait à prévenir les problèmes cardiaques et les décès. Mais les tests portant sur les capacités de raisonnement ont continué pendant deux autres années, et ces nouveaux résultats ont été révélés mercredi.

Les chercheurs ont constaté une diminution de 19 pour cent du risque de trouble cognitif léger, ou TLC, dans le groupe de traitement intensif — 285 cas contre 348 dans le groupe de pression plus élevée. Environ la moitié des personnes atteintes de TLC développent une démence au cours des cinq années suivantes.

«Il est vraiment plus important de prévenir le TLC que la démence. À certains égards, c’est comme prévenir l’hypercholestérolémie plutôt que d’avoir une crise cardiaque», a illustré le docteur Williamson.

Il y avait aussi moins de cas de démence dans le groupe de traitement intensif, mais il y en avait trop peu pour dire que l’hypertension artérielle en était la cause. La démence prend plus de temps à se développer que la déficience légère, de sorte que les médecins pensent que la différence peut s’élargir avec le temps.

Des examens par imagerie par résonnance magnétique effectués sur 454 participants ont montré que ceux du groupe de pression inférieure présentaient moins de lésions de la substance blanche — des zones de cicatrices ou des dommages causés par des blessures, comme une irrigation sanguine inadéquate.

Cela correspond aux autres résultats sur les capacités de réflexion et renforce la preuve que l’abaissement de la pression artérielle est bénéfique, a déclaré Laurie Ryan, une scientifique spécialiste de la démence à l’Institut national sur le vieillissement.

Les résultats précédents de cette étude avaient entraîné, l’automne dernier, l’établissement de nouvelles directives qui stipulaient que l’hypertension commence à 130. Certains médecins avaient critiqué cela comme trop agressif, mais les nouveaux résultats, qui témoignent d’avantages pour le cerveau, «soutiennent et peut-être même étendent les directives».

L’objectif de moins de 130 est extrêmement important, disent les experts.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!