La Presse Canadienne

La légalisation du cannabis dans trois mois enverra à la retraite forcée 14 chiens policiers de la Gendarmerie royale du Canada, qui ne peuvent être «déprogrammés» pour oublier dorénavant une odeur en particulier.

Une quinzaine de chiens de la GRC qui étaient entraînés pour détecter de la marijuana lors d’un contrôle routier deviendront dépassés le 17 octobre, parce qu’on ne pourra pas leur expliquer que cette drogue n’est plus illégale.

Cette brigade de 14 chiens devra donc être remplacée, et il en coûtera environ 5000 $ pour entraîner chaque chiot à la nouvelle palette d’odeurs, qui exclura dorénavant le cannabis des drogues à épingler du museau.

Ces 14 chiens représentent environ 12 pour cent de toute la brigade canine antidrogue de la GRC. Selon le sergent Gary Creed, entraîneur principal à l’école des chiens policiers de la GRC à Innisfail, en Alberta, il s’agira de la plus importante cohorte de chiens que la police fédérale aura à remplacer d’un seul coup. Et avec seulement sept entraîneurs à Innisfail, M. Creed n’est pas certain que les nouvelles recrues seront prêtes le 17 octobre, lorsque la loi fédérale entrera en vigueur.

Il faut entre 20 et 50 jours pour qu’un chien termine son entraînement aux narcotiques à l’école d’Innisfail.

La GRC avait déjà mis à jour auparavant la palette de détection de stupéfiants pour ses chiens: il y a quelques années, on a ainsi introduit le fentanyl, qui fait aujourd’hui des ravages au Canada. Mais l’ajout d’une substance à l’entraînement des chiens est beaucoup plus facile et moins coûteux que de faire suivre un nouveau cours à toute une cohorte.

Quant aux chiens mis à la retraite anticipée, Caroline Nadeau, une porte-parole de la GRC, a rappelé que le lien entre le policier et son chien est si fort que, dans la plupart des cas, les agents gardent l’animal.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!